•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie des fruits de mer en croissance à l’Île-du-Prince-Édouard

Homard vivant sur un casier.

En 2019, 72 % du homard de la province insulaire a été exporté au marché américain.

Photo : Getty Images / rustyl3599

La valeur économique de l’industrie des fruits de mer à l’Île-du-Prince-Édouard a dépassé un milliard de dollars, en 2019, selon une étude de la firme d’audit financier Ernst & Young. La valeur des exportations de ce secteur de l’économie à l’île a augmenté de plus de 16 % entre 2015 et 2019.

Le rapport qui a été récemment divulgué par le gouvernement de l’île dresse un portrait de l’industrie des fruits de mer de la province entre 2013 et 2019.

L'aquaculture en tête

Selon l’étude, la production en aquaculture à île représentait 18 % de ce marché national en 2019.

La province insulaire occupe le deuxième rang parmi les provinces fournissant la plus grande quantité de produits en aquaculture avec une production de 58 millions de livres.

Seule la Colombie-Britannique dépassait l'Île-du-Prince-Édouard, à ce chapitre.

Cyr Couturier en entrevue dans un laboratoire

Le chercheur et professeur Cyr Couturier, de l'Université Memorial, est peu surpris par les résultats du rapport de la firme Ernst & Young.

Photo : Radio-Canada

Selon Cyr Couturier, professeur en aquaculture à Université Memorial, à Terre-Neuve-et-Labrador, au-delà de l’augmentation de la production, les bons résultats de l’île sont dus notamment à des problèmes survenus dans d’autres provinces.

À travers le pays, dans des provinces à l’est de l’Île-du-Prince-Édouard, notamment à Terre-Neuve-et-Labrador, il y a eu aussi des cas de mortalité en salmoniculture, explique-t-il.

Une croissance dans la production d'huîtres

L’exploitation des huîtres à l’île est l’une des tranches du marché qui s’est démarquée le plus, selon le rapport.

Cette activité aquacole représente 31 % de la valeur économique de la production nationale.

L’île, qui détient 70 % de la production régionale, est le principal producteur d’huîtres de l’est du Canada.

Il y a un gros intérêt pour produire des huîtres. Les nouvelles productions sont en train d’accroître, parce que les coûts de production sont pas mal moins chers, précise Cyr Couturier.

Les exportations de homard en croissance

En 2019, 72 % du homard de la province insulaire a été exporté au marché américain.

Les États-Unis, qui sont suivis de la Chine, sont le pays qui importe la plus grande quantité du homard pêché à l’île.

Selon Cyr Couturier, l’île réussit à exporter de plus en plus de homard vers la Chine tous les ans.

Il explique que cette augmentation de l’importance du marché chinois pourrait être en partie expliquée par la guerre commerciale entre les États-Unis et le la Chine.

En 2019, il y a eu une bagarre entre les États-Unis et la Chine pour les exportations de fruits de mer et d’autres choses, alors au lieu d’envoyer le homard aux États-Unis, ils [les producteurs de l’île] ont dû l’envoyer en Chine, précise-t-il.

Cyr Couturier ajoute qu’une saturation des marchés américain et canadien pourrait aussi en être la cause.

Aux États-Unis, entre 2018 et 2019, les pêcheurs de homard dans l'État Maine ont connu une augmentation de la production [locale], explique le professeur.

La stratégie de promotion du homard insulaire auprès du marché chinois serait un autre facteur contribuant à la croissance de la présence de la Chine dans les achats.

L’industrie du homard au Canada a connu, pour sa part, une croissance de 6,2 % entre 2015 et 2019, selon le rapport.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !