•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maison Chevalier doit rester un musée, dit la Société historique de Québec

0612aa3727744175b9ff3f810c1a620f

Maison Chevalier

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

L'opposition à la vente de la maison Jean-Baptiste-Chevalier au Groupe Tanguay prend de l'ampleur. C’est maintenant au tour de la Société historique de Québec de décrier la vente du bâtiment patrimonial de la place Royale.

Dans le meilleur des mondes, on voudrait voir le Musée [de la civilisation] rouvrir ses portes à cet endroit. Mais on pense que ce qui est important, c’est que le lieu redevienne accessible aux citoyens, peu importe la forme que ça va prendre, indique le président de la Société historique de Québec, Alex Tremblay-Lamarche, à l'émission matinale Première heure.

La maison Chevalier sera vendue à l’entreprise Gestion 1608. Elle abritera les locaux de la division immobilière du Groupe Tanguay.

Alex Tremblay-Lamarche parle au micro avec plusieurs personnes autour de lui devant la maison historique.

Le président de la Société historique de Québec, Alex Tremblay-Lamarche, en conférence de presse devant la maison Jean-Baptiste-Chevalier.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Transaction approuvée

La transaction a été approuvée par la ministre de la Culture en vertu d'un décret gouvernemental publié dans la Gazette officielle, la semaine dernière.

L'immeuble patrimonial était la propriété du Musée de la civilisation depuis 1987.

On fait passer un bien collectif, un patrimoine qui profite à l’ensemble des Québécois, à un groupe particulier, à des intérêts privés. Ça envoie un drôle de message, déplore M. Tremblay-Lamarche.

« Quel va être le prochain bien de l’État à être bradé? »

— Une citation de  Alex Tremblay-Lamarche, président de la Société historique de Québec
142670c84677499590e99584a7262f0d

Maison Chevalier

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Une lettre dénonciatrice

La sortie publique de la Société historique de Québec fait écho à une lettre envoyée dimanche au ministère de la Culture signée par près de 200 acteurs du milieu de l’histoire et du patrimoine.

Nous demandons donc que la ministre de la Culture et des Communications donne au Musée de la civilisation un budget annuel et récurrent pour mettre en valeur ce joyau de notre patrimoine, qu’il soit de nouveau accessible et, surtout, qu’il demeure la propriété de l’ensemble des Québécois, peut-on lire dans la lettre.

M. Tremblay-Lamarche, pour sa part, met en cause un manque de financement concernant la maison bâtie en 1752.

Une représentante du Musée de la civilisation, qui gérait jusqu’alors le bâtiment, indiquait récemment que le nombre de visiteurs annuels de la maison Jean-Baptiste-Chevalier ne justifiait pas des investissements massifs. Le bâtiment ne répondait plus aux normes muséales, ajoutait-elle.

Des gens se tiennent devant la maison historique et s'apprêtent à parler dans des micros devant eux.

Plusieurs acteurs du milieu de l'histoire et du patrimoine, lors d'une conférence de presse devant la maison Jean-Baptiste Chevalier.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Demandes pour abandonner la vente

Ministre de la Culture et des Communications du Québec de 1998 à 2001, Agnès Maltais s'indigne de la vente de la maison.

Jamais je n'ai connu une ou un ministre du Patrimoine qui ait imaginé un instant vendre un bâtiment de [la] place Royale, s'exclame l'ancienne députée de Taschereau.

Mme Maltais demande au gouvernement et au Groupe Tanguay de reculer sur la vente maintenant.

J'interpelle la ministre Nathalie Roy, [...] je lui demande de reculer. Le ministre Dubé, récemment, a reculé et tout le monde a applaudi, croit Mme Maltais.

Fonction muséale réclamée

Est-ce que le patrimoine devrait être exclusivement la possession de l’État?

M. Tremblay-Lamarche estime que non, il salue les dirigeants citoyens qui entretiennent de bâtiments patrimoniaux, mais il rappelle que la maison Jean-Baptiste-Chevalier représentait le dernier espace d’interprétation de la place Royale, berceau de l’Amérique française.

Ce qui serait important, c’est qu’il y ait une fonction muséale, une fonction de mise en valeur du patrimoine, qui continue à être mise de l’avant, espère M. Tremblay-Lamarche.

Un représentant du Groupe Tanguay a déjà indiqué que l’entreprise étudiait les possibilités qu'elle avait de maintenir la vocation publique du bâtiment.

Ce n’est toutefois pas suffisant, selon M. Tremblay-Lamarche.

Ça ne doit pas être une option, ça doit être une obligation, à mon sens, soutient ce dernier.

La ministre Roy se défend

La ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, tient à rassurer les citoyens : le bâtiment sera protégé et elle souhaite qu'un accès pour le public soit préservé.

La protection du patrimoine, c'est une responsabilité partagée. On devrait se réjouir que des propriétaires québécois veuillent prendre soin de notre patrimoine, souligne Mme Roy.

« Il n'est pas question de vendre tout le Vieux-Québec, rassurez-vous. »

— Une citation de  Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications

La ministre souligne néanmoins que les activités muséales de la maison Jean-Baptiste-Chevalier ont été arrêtées en 2016 par le Musée de la civilisation.

Elle ajoute aussi que le musée a obtenu la permission de mettre en vente le bâtiment sous les libéraux en 2018.

Le bâtiment devenait excédentaire. Mon rôle est de le protéger, de nous assurer qu'un propriétaire qui a suffisamment de ressources pour l'entretenir pourra le faire, résume Mme Roy.

La maison Chevalier vue de côté.

La maison Chevalier a été construite en 1752.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Un bâtiment protégé

La maison Jean-Baptiste-Chevalier fait partie du site patrimonial déclaré du Vieux-Québec reconnu par l'UNESCO, en plus d’être assujetti à la Loi sur le patrimoine culturel.

Celle-ci oblige les propriétaires à prendre les moyens nécessaires pour maintenir la qualification patrimoniale d'un immeuble classé. Tous travaux urgents devront être effectués, alors que toutes rénovations devront d'abord obtenir l'approbation du ministère de la Culture.

La maison Chevalier en 1960

La maison Chevalier à travers les époques

Photo : Ministère de la Culture du Québec

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !