•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des personnes âgées ou vulnérables vaccinées risquent encore de mourir de la COVID-19

Une femme âgée s'apprête à mettre son masque contre la COVID-19.

Au Nouveau-Brunswick, la troisième dose du vaccin contre la COVID-19 a commencé à être administrée aux résidents des foyers de soins.

Photo : Radio-Canada / LOIC VENANCE

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, 20 pour cent des personnes qui ont succombé à la COVID-19 étaient vaccinées. Selon un expert, les personnes âgées ou vulnérables, qui ont reçu leur vaccin depuis plus de six mois doivent continuer à être vigilant devant le variant Delta et agir comme si elles n’étaient pas protégées.

Selon des données fournies vendredi par le gouvernement provincial - et qui excluent donc les six décès recensés en fin de semaine - 17 des 84 personnes décédées dans la province depuis le début de la pandémie avaient reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19. Les autres, soit 67, n’étaient pas vaccinées ou avaient reçu une seule dose.

Rodney Russell, professeur d’immunologie et spécialiste de maladies infectieuses à l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador, n’est pas étonné de ces chiffres. Il explique que l’efficacité des vaccins diminue avec le temps.

« Les personnes vulnérables le redeviennent. »

— Une citation de  Rodney Russell, professeur d’immunologie et spécialiste de maladies infectieuses à l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador

Les plus récentes données ont démontré que le vaccin perd de son efficacité après six mois, et même avant. Et puisque les personnes âgées sont les premières à avoir reçu leur vaccin, elles sont les premières à voir une baisse de leur immunité.

Le gouvernement provincial ne dévoile pas le statut vaccinal des personnes qui meurent de la COVID-19, mais indique leur âge. Depuis le début de la quatrième vague, 41 personnes sont mortes de la COVID-19. Trente-deux de ces personnes étaient âgées de plus de 70 ans.

Décès de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick

Groupe d'âge

Décès depuis le 1er mars 2020

Décès depuis le 1er septembre 2021

Moins de 19 ans

1

0

20 à 29 ans

1

0

30 à 39 ans

2

1

40 à 49 ans

5

2

50 à 59 ans

3

3

60 à 69 ans

8

3

70 à 79 ans

23

10

80 à 89 ans

29

12

90 ans et plus

15

10

Total

87

41

Rodney Russell évalue que la majorité des personnes vaccinées qui sont mortes de la COVID-19 devaient être âgées de plus de 65 ans ou avoir des problèmes de santé sous-jacents. 

C’est logique puisque leur système immunitaire commence à s’affaiblir. Ils sont les premiers à avoir reçu le vaccin, alors c’est dans leur cas que les anticorps ont eu le temps de décliner, explique-t-il.

Le déclin de l’immunité

M. Russell ajoute que ce déclin de l’immunité après la vaccination est tout à fait normal. Il souligne qu’au moment de l’injection, le système immunitaire a d’abord une réaction forte, comme s’il était en mode bataille.

Rodney Russell.

Rodney Russell, professeur d’immunologie et spécialiste de maladies infectieuses à l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador, explique pourquoi les aînés et les personnes avec un système immunitaire affaibli sont à nouveau vulnérables devant la COVID-19.

Photo : Université Memorial

Mais une fois la première bataille terminée, les troupes se calment et retournent à leur base, illustre-t-il.

Selon lui, deux éléments expliquent que les personnes âgées sont plus vulnérables. Leur corps ne produit pas autant d’anticorps que les personnes plus jeunes, ce qui fait en sorte qu’au fil des mois, les niveaux d'anticorps ne sont plus suffisants s’ils doivent affronter la maladie. 

Dans un deuxième temps, leurs cellules B et T n’ont pas la même mémoire que chez les personnes plus jeunes. Les cellules B produisent les anticorps tandis que les cellules T empêchent le virus de causer des dommages sérieux au corps.

La solution est la troisième dose

Selon le professeur, il faudra offrir une troisième dose du vaccin aux personnes vulnérables. Cela permettra à leur système immunitaire, explique-t-il, de ramener le niveau d’anticorps à celui d’avant.

Au Nouveau-Brunswick, la santé publique a commencé à administrer une troisième dose du vaccin aux résidents des foyers de soins et de milieux de vie communautaires la semaine dernière.

Rodney Russell rappelle qu’il y a une limite à l’efficacité du vaccin.

La raison pour laquelle nous voyons des gens vaccinés, surtout des aînés, être infectés, c’est qu’ils pensent qu’ils sont en sécurité, pense-t-il.

Il ajoute que toutes les personnes vaccinées de plus de 65 ans devraient prétendre qu’elles ne sont pas protégées, en raison du variant Delta de la maladie, plus contagieux et plus dangereux.

Si vous ne pouvez pas avoir une troisième dose, alors vous devez agir comme si vous n’aviez pas été vacciné, parce que vous n’êtes peut-être plus protégé, conclut-il. 

Avec des informations de Mia Urquhart de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !