•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le travail des aumôniers d’hôpitaux a « radicalement » changé à cause de la pandémie

Entrée de l'hôpital St. Paul de Saskatoon.

La technologie est devenue un outil de travail important pour les aumôniers dans les hôpitaux. (archives)

Photo : Radio-Canada / Trevor A Bothorel

Radio-Canada

Le travail d'aumônier dans un hôpital a « radicalement » changé à cause de la pandémie, selon une aumônière catholique de Saskatoon, Jackie Saretsky.

En temps de crise, on ne suit plus son plan, on doit adopter une toute nouvelle formule, assure-t-elle.

Jackie Saretsky souligne que, depuis le début de la pandémie, son équipe d'aumôniers et de bénévoles et elle ont pris de grandes précautions afin de poursuivre leur travail dans les hôpitaux.

Je devais limiter mes déplacements, surtout lorsque les restrictions étaient beaucoup plus strictes, explique-t-elle. Je ne voulais pas aller dans des endroits risqués qui m’auraient empêchée de me rendre à l’hôpital.

Mme Saretsky souligne l’importance des aumôniers dans les hôpitaux lorsque les patients ne peuvent pas recevoir la visite de leurs proches. Selon elle, de nombreux malades sont extrêmement seuls et désespérés à cause des restrictions qui limitent les visites à l'hôpital.

Ils sont en deuil, ils pleurent de souffrance, explique-t-elle, soulignant que même les patients souffrant de maladies graves ne pouvaient recevoir le soutien de leur famille. Alors ils se sont tournés vers nous, assure-t-elle.

L'aumônier explique qu’au cours des 20 derniers mois, la technologie est devenue un outil de travail important pour fournir un accompagnement aux patients. Jackie Saretsky affirme organiser des conversations téléphoniques avec les familles des patients, s'assurant notamment que les téléphones portables des malades sont toujours chargés et à portée de main.

Toutefois, rien ne remplace les visites en personne, explique Mme Saretsky qui a redécouvert le succès de l’aumônerie hospitalière, grâce à une patiente. Celle-ci n’était pas autorisée à recevoir la visite de sa famille alors que son état de santé se dégradait semaine après semaine.

Un jour, Jackie Saretsky comprend que la malade avait besoin de la présence de son fils, et plaide auprès de l’équipe médicale pour qu’il puisse rendre visite à sa mère.

Quelques semaines après cette visite, une infirmière appelle l'aumônière pour lui annoncer le décès de la patiente. J'étais reconnaissante qu’elle me prévienne. Elle n’était pas tenue de le faire, mais j'en avais besoin pour passer à autre chose, reconnaît Mme Saretsky.

Avec les informations de Julia Peterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !