•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une Halloween encore particulière cette année

Alessandro Priolo laisse tomber des bonbons sur un petit toboggan à un enfant à Montréal, le 21 octobre 2020

Les restrictions liées à la COVID-19 ont incité les gens à trouver des moyens ingénieux afin de célébrer Halloween tout en respectant la distanciation physique.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

À deux semaines de l'Halloween, décorations lugubres et maisons hantées ont déjà commencé à réapparaître, au grand bonheur des plus jeunes en Colombie-Britannique. Mais pour la seconde année consécutive, fantômes, sorcières et autres personnages effrayants vont s’engager dans une chasse aux bonbons un peu particulière.

Pandémie de COVID-19 oblige, les responsables de la santé rappellent que la célébration de l'Halloween doit observer les mêmes protocoles sanitaires que les événements et fêtes.

Bonnie Henry, la médecin-hygiéniste en chef de la province, a souligné mardi que les enfants de moins de 12 ans n'ont pas accès au vaccin, et leur a recommandé de rester dehors et en petit groupe.

L’an passé, les règles du Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique pour la célébration de l'Halloween avaient poussé la population à faire preuve d'ingéniosité.

« Il va falloir de l'imagination, mais je pense qu’on va avoir une Halloween qui va créer ses propres mémoires »

— Une citation de  Adrian Dix, ministre de la Santé

Des initiatives originales, comme le toboggan à bonbons, qui permet de faire glisser des friandises directement depuis une fenêtre ou le porche d’une maison pour respecter la distanciation physique, seront sans doute une nouvelle fois plébiscitées, tout comme la confection de déguisements intégrant le masque.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a souligné également mardi que gnomes, lutins et monstres en culottes courtes ne sont pas les seuls concernés, en appelant les adultes à respecter les limitations du nombre de participants aux soirées d’Halloween.

Une maison décorée avec des accessoires d'Halloween.

A Vancouver, les occupants de cette maison avaient construit en 2020 un toboggan à bonbon pour Halloween, permettant la distribution de friandises tout en respectant la distanciation physique.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Les limitations à ces soirées, surtout dans les régions de santé de l'Intérieur, du Nord et du Fraser sont toujours en place. Il faut être prudent et suivre les règlements qui sont en place, a dit le ministre.

Il invite à utiliser notre imagination pour être protégé et pour célébrer cette fête importante pour les enfants et pour beaucoup d’autres.

Réouverture des maisons hantées

Depuis plus de 10 ans, Trevor et Jodie Watson transforment leur maison située à Edgemont, à North Vancouver, en un cimetière rempli de créatures et de sons terrifiants.

En 2020, cette tradition de longue date a été interrompue en raison des restrictions liées à la pandémie. Mais cette année, ils ont fait preuve de créativité pour trouver des moyens sûrs de ramener l'esprit effrayant d’Halloween à la vie dans leur habitat.

Pour Tina Rundgren et son mari Sean de Vancouver, tout tourne autour des cris d’effrois : le premier cri de l'année me donne toujours un petit frisson d'excitation dans le dos, explique Mme Rundgren.

Un sentiment d'excitation qui s'est émoussé après avoir dû prendre l'année dernière la difficile décision d'annuler la conversion de leur demeure de Southwest Marine Drive en maison des horreurs.

Le couple s’est démené pour aménager de manières sécuritaires leurs attractions terrifiantes, et espère le retour du public. Cela donne aux gens quelque chose à attendre avec impatience, pour oublier tous les problèmes que nous avons eus ces 18 derniers mois et pour s'amuser, confie Mme Rundgren.

Avec des informations de Janella Hamilton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !