•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sentiments partagés face à la vaccination obligatoire d’employés du Manitoba

Plus de 10 000 travailleurs en santé n'ont pas encore déclaré leur statut vaccinal.

Radio-Canada

L'entrée en vigueur de l'ordonnance sanitaire concernant la vaccination complète des employés du Manitoba en contact avec le public suscite des craintes pour certains résidents, mais du réconfort pour d'autres.

À compter de lundi, tout fonctionnaire en contact direct et régulier avec des populations vulnérables devra être pleinement vacciné contre la COVID-19 ou devra se soumettre à des tests réguliers de dépistage.

Les travailleurs qui ne seront pas pleinement immunisés devront avoir obtenu un résultat négatif d'un test de dépistage dans les 48 heures précédentes pour pouvoir se rendre au travail.

Michele Oye, dont le père est un résident d'un centre de soins de longue durée, est réconfortée par cette mesure.

Nous voulons qu'ils [les employés] soient tous vaccinés pour que les soins offerts à mon père ne soient pas compromis ou que sa sécurité soit menacée.

Certains craignent que l'ordonnance ne fasse qu'aggraver la pénurie de personnel soignant.

Je suis provaccin, mais la situation doit être différente pour les employés en santé. On doit leur laisser le choix parce que s'ils n'en veulent pas pour quelque raison que ce soit, on ne peut pas les y obliger, affirme Mina Khani.

Sur les quelque 42 000 travailleurs de soins directs au Manitoba, plus de 10 000 travailleurs n'ont pas encore déclaré leur statut vaccinal. Près de 2000 d'entre eux disent qu'ils vont opter pour le test de dépistage rapide, selon Soins communs.

Avec les informations de Godlove Kamwa

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !