•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes se rappellent Joyce Echaquan à l’occasion de la Marche mondiale des femmes

Un homme et un garçon, en habits traditionnels autochtones, dansent et des personnes rassemblées assistent à la prestation.

La marche tenue à Trois-Rivières s'est conclue sur l'esplanade de l'Amphithéâtre Cogeco avec une danse traditionnelle autochtone.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les femmes se sont mobilisées dimanche à l’occasion de la Marche mondiale des femmes et ont réclamé de meilleures conditions de vie. Plusieurs événements ont eu lieu simultanément aux quatre coins du Québec, notamment à Trois-Rivières. Le regroupement a interpellé, entre autres, le gouvernement pour qu'il prenne des mesures concrètes afin de mieux protéger les femmes autochtones.

À Trois-Rivières, une centaine de personnes étaient rassemblées au centre-ville. Parmi les revendications, on souhaitait souligner la pauvreté et la violence faite aux femmes, comme l’explique Joanne Blais, de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie.

On sait que notre région fait partie des régions les plus pauvres du Québec. Les femmes ont vraiment un revenu annuel moyen inférieur à la moyenne québécoise, inférieur au revenu annuel des hommes. Et, quand on parle de violence, c’est aussi une région qui est durement touchée par la violence.

Lors du rassemblement, une attention particulière a été accordée aux enjeux touchant les femmes autochtones. Une minute de silence a été observée par les participants devant le palais de justice de Trois-Rivières. Un lieu très symbolique puisque c’est à cet endroit que se sont tenues les audiences de la coroner Géhane Kamel sur la mort de Joyce Echaquan plus tôt cette année.

« Pour nous, c’est de signifier que cette femme-là a donné sa vie par des images qui ont été frustrantes, des images qui ont fait mal. Toujours se rappeler de ça, que ce n’est pas juste un moment dans l’année, ça se passe encore au moment où l’on se parle. »

— Une citation de  Gabrielle Vachon-Laurent, porte-parole du Centre d'amitié autochtone de Trois-Rivières

La marche tenue à Trois-Rivières s'est conclue sur l'esplanade de l'Amphithéâtre Cogeco avec une danse traditionnelle autochtone. Un symbole fort pour démontrer des hommes et des femmes de tous horizons unis pour toutes les causes, dont celle des femmes dans le besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !