•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau code QR en Ontario n’est pas assez accessible, selon des militants

Doug Ford devant des photos de code QR.

Le premier ministre Doug Ford a annoncé plus de détails sur les codes QR vendredi en conférence de presse.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Des militants de divers groupes de défense de droits affirment que le nouveau certificat de vaccination contenant un code QR n’est pas accessible aux personnes marginalisées.

Selon les représentants de trois organisations qui œuvrent auprès des personnes marginalisées, le gouvernement de l’Ontario ne tient pas compte des besoins des personnes qui ont une déficience cognitive, des problèmes de mobilité ou qui sont aveugles, ainsi que des personnes âgées à revenu fixe, des personnes à faible revenu et des personnes sans logement.

« Rendre accessibles les exigences provinciales en matière de santé publique, comme les certificats de vaccination, n’est pas difficile, mais il faut s’engager à le faire. »

— Une citation de  David Lepofsky, président de l’Alliance de défense des droits des personnes handicapées de l’Ontario

Le président de l'Alliance de défense des droits des personnes handicapées de l'Ontario, David Lepofsky, explique que le nouveau système de code QR ne répond pas aux exigences d'accessibilité.

Malheureusement, le gouvernement Ford a encore une fois montré que l’accessibilité pour les personnes handicapées n’est tout simplement pas une priorité pour lui, lance M. Lepofsky, qui est lui-même aveugle.

Il a d’ailleurs trouvé que l’annonce du gouvernement était difficile à comprendre, puisqu’il croyait qu’il y aurait une application pour les particuliers que les gens pourraient télécharger pour montrer leurs certificats de vaccination contre la COVID-19.

David Lepofsky regarde la caméra.

David Lepofsky est le président de l’Alliance de défense des droits des personnes handicapées de l’Ontario.

Photo : (CBC/Tina MacKenzie)

Or, l’application VerifOntario s’avère être destinée aux entreprises, et elle ne tient pas compte du besoin d’exemptions médicales, a-t-il ajouté.

Le nouveau système ne tient pas compte des besoins des personnes qui ne possèdent pas de téléphone intelligent, qui n’ont pas accès à Internet, qui ne sont pas voyantes et qui sont handicapées, explique M. Lepofsky.

Selon lui, plusieurs personnes atteintes de divers handicaps vivent de manière autonome et indépendante, et ces personnes méritent le même accès que les personnes non handicapées.

Des difficultés chez les personnes âgées

La directrice générale de la Société des organisations des citoyens aînés de l’Ontario, Elizabeth Macnab, constate que le gouvernement aurait dû consulter les groupes de défense des personnes âgées ainsi que le ministère des Services aux aînés et de l’Accessibilité avant de lancer ce nouveau système de certificat de vaccination.

« Au moins 20 % de la population a plus de 65 ans, mais les personnes qui ont conçu le logiciel sont probablement plus jeunes. »

— Une citation de  Elizabeth Macnab, directrice générale de la Société des organisations des citoyens aînés de l’Ontario

Il y a un fossé profond en ce qui concerne la compréhension de la technologie et les façons de l’utiliser, d'y accéder, et ainsi de suite, dit-elle.

Selon Elizabeth Macnab, la mobilité et les troubles cognitifs posent également des défis pour les personnes âgées. Elle ajoute que pour certains aînés, la technologie devient également un problème d’accessibilité financière.

Certains aînés ont de la difficulté à payer les produits de base, comme l’essence et l’épicerie. Ils ne peuvent tout simplement pas se payer la technologie nécessaire, explique Mme Macnab.

Une femme.

Angie Peters est la directrice générale de l'organisme Yonge Street Mission à Toronto.

Photo : CBC

La situation est tout aussi précaire pour les jeunes sans logement stable, selon Angie Peters, la présidente de l’organisme Yonge Street Mission à Toronto.

Elle indique que ces jeunes n’ont pas toujours de revenu, ce qui les laisse souvent sans accès à la technologie. De plus, leurs coordonnées peuvent changer fréquemment.

Parfois, ces jeunes n’ont pas de téléphone mobile, donc s’ils avaient téléchargé une preuve vaccinale sur un appareil, et qu’ils ne l’ont plus, ils doivent la récupérer à nouveau, explique Mme Macnab.

Le gouvernement veut assurer l’accessibilité aux codes QR

La porte-parole pour le ministère de la Santé, Alexandra Hilkene, a déclaré dans un courriel samedi que le gouvernement voulait rendre le processus accessible à tous les Ontariens.

« Nous comprenons que certaines personnes n’ont pas accès à la technologie, et c’est pourquoi nous avons travaillé à rendre les certificats de vaccination les plus accessibles possible. »

— Une citation de  Alexandra Hilkene, porte-parole du ministère de la Santé

Elle a ajouté que les personnes qui n’ont pas de carte de santé de l’Ontario peuvent communiquer avec leur bureau de santé publique pour obtenir un numéro d’identification COVID, qui est un numéro unique qui permet d’obtenir un certificat de vaccination.

Le gouvernement de l’Ontario indique aussi que les codes QR peuvent être envoyés par la poste ou par courriel, et peuvent aussi être récupérés dans une bibliothèque ou dans les centres de Service Ontario.

Bien que le nouveau système de preuve vaccinale contenant un code QR entre en vigueur vendredi, les versions PDF des certificats seront toujours acceptées.

Avec les informations de La Presse canadienne et de Lucas Powers de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !