•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan demande du personnel de soins intensifs à d’autres provinces

Une infirmière travaille aux soins intensifs dans un hôpital.

Son système médical submergé, la Saskatchewan demande l'aide des autres provinces et pourrait transférer des patients vers l'Ontario et le Manitoba.

Photo :  CBC / Evan Mitsui

Radio-Canada

La Saskatchewan demande à d’autres provinces de lui prêter des travailleurs de la santé, au cas où elle en aurait besoin dans ses unités de soins intensifs au cours des prochains jours.

Le directeur du Centre provincial des opérations d'urgence, Marlo Pritchard, affirme que la moitié des provinces contactées par la Saskatchewan disent ne pas être en mesure de lui venir en aide. Il ne précise pas quelles provinces pourraient lui prêter du personnel.

La Saskatchewan désire obtenir des personnes qui ont l’habitude du travail aux soins intensifs, dont des infirmières, des inhalothérapeutes et des perfusionnistes qui connaissent le fonctionnement des machines cœur-poumon.

La province va évaluer ses besoins de personnel provenant de l’extérieur au cours de la fin de semaine et de la semaine qui vient, ajoute Marlo Pritchard.

La Saskatchewan a déjà indiqué qu’elle se préparait à transporter des patients atteints de la COVID-19 vers des hôpitaux en Ontario et peut-être au Manitoba.

La province pourrait ne plus avoir de place dans ses unités de soins intensifs, et elle risque de manquer de personnel alors que le système de santé est submergé par des patients atteints de COVID-19, la plupart non vaccinés.

Derek Miller, de l’Autorité de la santé de la Saskatchewan, précise que la province a redéployé 600 travailleurs de la santé pour faire face à la quatrième vague de la pandémie. Ces travailleurs œuvrent habituellement dans des unités de chirurgie ou ailleurs.

Il ajoute que 175 travailleurs ont été redirigés vers les unités de soins intensifs.

Nous gérons en ce moment un niveau élevé de patients dans les unités de soins intensifs, et cela dure depuis un certain nombre de semaines. Notre priorité est d’offrir les meilleurs soins possibles, a-t-il déclaré vendredi.

Le gouvernement fédéral a récemment envoyé huit infirmières en soins critiques en Alberta pour soulager les unités de soins intensifs.

Santé Canada dit avoir approuvé la demande de la Saskatchewan, qui veut obtenir quatre millions de tests de dépistage rapide en octobre et quatre autres millions en novembre. Ces tests seront mis gratuitement à la disposition de la population.

La Saskatchewan obtiendra aussi des doses d’anticorps monoclonaux, utiles pour traiter les symptômes légers à modérés de la COVID-19 chez les personnes qui courent un risque élevé de voir la maladie progresser jusqu’à un stade sévère, et qui pourraient devoir être hospitalisées ou en mourir, indique un porte-parole de Santé Canada.

La province dit aussi qu’elle veut assurer la sécurité des travailleurs de la santé en exigeant de leur part une preuve de vaccination.

Près de 98 % des 40 000 travailleurs de la santé en Saskatchewan ont déclaré être vaccinés ou être en voie de le devenir d’ici l’échéance fixée en novembre, affirme Derek Miller.

Il ajoute que 400 personnes ont déclaré qu’elles montreraient un test négatif à la COVID-19 pour travailler, et que 400 autres, qui ont demandé une exception sur des bases médicales ou religieuses, devront aussi obtenir des résultats négatifs à des tests de dépistage.

Les travailleurs qui ne suivront pas ces règles seront licenciés.

Dimanche, la Saskatchewan a dénombré 320 nouveaux cas de COVID-19 et 5 décès de plus.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !