•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combattre le gaspillage alimentaire et la faim

Du céleri, des raisins et des pommes.

Des aliments parfaitement sains sont jetés parce qu'ils devraient être consommés rapidement.

Photo : CBC / Bryan Labby

Radio-Canada

Les Canadiens sont des champions du gaspillage alimentaire. Pendant que des tonnes de nourriture se retrouvent au site d’enfouissement, quatre millions de personnes dans ce pays vivent de l’insécurité alimentaire, dont plus d’un million d’enfants.

On peut remplir 319 000 Boeing Dreamliner avec la nourriture qu’on gaspille comme consommateur par année, affirme Sylvain Charlebois, du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l'Université Dalhousie.

Plutôt que de faire d’immenses réserves, il suggère de se rendre plus souvent à l’épicerie, pour réduire le gaspillage.

D’autres ont trouvé des façons de récupérer les aliments qui seraient autrement perdus. C’est le cas de Lori Nikkel, de Second Harvest Food.

L’organisme recueille les surplus et les aliments qui ne sont pas vendus pour les redistribuer aux banques alimentaires et autres organismes d’aide.

Nous essayons de faire le lien entre l’endroit où se trouve la nourriture et les organismes de charité qui en ont besoin, dit-elle. Elle souligne que la nourriture qui est jetée et qui se retrouve au dépotoir produit du méthane et contribue au réchauffement climatique.

Des applications comme Too Good To Go aident aussi les consommateurs à se nourrir à moindre coût et à réduire le gaspillage. Plus de 118 000 établissements (restaurants, épiceries, boulangeries et hôtels) y sont inscrits.

Son directeur Sam Kashani pense que la formule fonctionne parce que tout le monde y gagne. Les consommateurs ont accès à de la très bonne nourriture; les commerces ont plus d’achalandage et donc plus de revenus.

Cette nourriture serait autrement jetée, fait-il remarquer. Le plus important, c’est que la planète y gagne parce que nous évitons qu’un repas qui est tout à fait consommable ne soit jeté.

D'après les informations de Camille Feireisen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !