•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un organisme religieux du Manitoba offre un terrain à un groupe autochtone

Mae Louise Campbell est dehors sur le terrain à Bélair, au Manitoba.

« J’espère de tout mon cœur que les femmes reprendront contact avec leur culture et avec la nature de ce qu’elles sont », soulève une des membres du Clan Mother's Healing Village, Mae Louise Campbell.

Photo : Travis Golby/CBC

Le Réseau Compassion offre un terrain, autrefois utilisé pour un camp catholique, à Clan Mother's Healing Village, un organisme qui vient en aide aux femmes violentées et victimes de sévices sexuels.

Le terrain riverain de 130 acres est situé à Bélair, à environ 100 kilomètres au nord de Winnipeg, tout près du lac Winnipeg.

Le terrain appartenait aux Sœurs du Bon-Pasteur, qui avait un camp d’été [catholique] ici, affirme le président-directeur général de Réseau Compassion, Daniel Lussier.

Le terrain était occupé par Marymound, une section du Réseau Compassion.

La réconciliation a besoin de se concrétiser de plusieurs façons et ceci [le don du terrain] représente une façon de le faire, explique la femme aînée autochtone Mae Louise Campbell du Clan Mother's Healing Village.

Je serai toujours reconnaissante.

Samedi, elle a organisé, avec d’autres membres de l'organisme autochtone, un événement de guérison sur le terrain, en collaboration avec le Réseau Compassion.

L’objectif du Clan Mother's Healing Village est de créer un village de guérison. Le projet de l'organisme est mené par des femmes autochtones, des aînées et des femmes issues de la communauté LGBTQIA.

« La religion a volé notre spiritualité. Alors, nous essayons d'éveiller en nous ce que nous avons perdu. »

— Une citation de  Mae Louise Campbell, membre du Clan Mother's Healing Village

On a acheté le terrain pour ensuite être capable de le donner au Clan Mother's Healing Village pour cette vision qui est extraordinaire et importante, dit Daniel Lussier.

Le Réseau Compassion est impliqué dans ce projet depuis au moins six ou sept ans, ajoute-t-il.

Le zonage du terrain a commencé l’an dernier, et des bâtiments qui servaient au camp d’été catholique seront démolis au printemps 2022.

Mary Bryan est dehors sur le terrain à Bélair, au Manitoba.

« Je pense que les femmes pourront en apprendre plus sur leur propre culture », affirme Mary Bryan, une survivante de la rafle des années 1960.

Photo : CBC/Travis Golby

Il y aura une énergie plus positive quand les bâtiments seront détruits, pense Mary Bryan, une survivante de la rafle des années 1960.

Avant, je venais ici et j’avais un mauvais sentiment. Maintenant, je me sens mieux grâce aux cérémonies.

Avec des informations de Travis Golby

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !