•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel appel est lancé pour protéger l’étoile de mer tournesol

Une étoile de mer tournesol.

Les étoiles de mer tournesol sont victimes d'une maladie appelée syndrome de dépérissement.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

L’organisme sans but lucratif de recherche et de protection des environnements marins, Ocean Wise, basé à Vancouver, souhaite que plus d’efforts soient faits pour éviter l’extinction de l’étoile de mer tournesol.

Il demande la restauration des forêts de varech et souhaite que l’étoile de mer tournesol soit reconnue par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) ainsi que par la Loi fédérale sur les espèces en péril.

De son nom scientifique, Pycnopodia helianthoides, l’étoile de mer tournesol aussi appelée le soleil de mer fait partie, à l’échelle mondiale, des espèces gravement menacées.

Depuis 2020, elle est inscrite sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et sa population mondiale, d’environ 80 000 spécimens, continue de décliner.

Afin de contrer la disparition de cette étoile de mer vivant le long de la côte ouest, Ocean Wise espère que des moyens seront mis en place pour continuer de l’étudier et que des ressources seront mobilisées pour protéger l’espèce.

Une nouvelle étude, publiée cette semaine par l’organisme, révèle que la disparition massive des étoiles de mer tournesol est étroitement liée au développement d’environnements sous-marins stériles.

Une étoile de mer tournesol malade, sur le point de mourir.

Une étoile de mer tournesol malade, sur le point de mourir.

Photo : ED GULLEKSON

« La situation que nous vivons avec les étoiles de mer tournesol met en évidence l’importance de restaurer intensivement nos environnements sous-marins.  »

— Une citation de  Carlos Drews, vice-président directeur de la section conservation d’Ocean Wise

Entre 2013 et 2017, la population de ces étoiles de mer a baissé de 90,6 % selon l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Le déclin rapide de cette population est dû, en partie, à une épidémie appelée syndrome de dépérissement des étoiles de mer.

Ocean Wise aimerait mieux comprendre comment réimplanter ces étoiles de mer en passant par la restauration des forêts de varech. Surnommé séquoia des mers , le varech absorbe du carbone et abrite des espèces uniques.

Une étoile de mer unique

Le soleil de mer fait partie des étoiles de mer les plus grandes et les plus rapides. Elle peut mesurer jusqu’à 1 mètre et posséder 24 bras.

Elle peut vivre durant près de 40 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !