•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des kayakistes prennent d’assaut la rivière aux Sables

Un kayakiste dans une rivière à fort débit.

Une cinquantaine de kayakistes ont pris d'assaut les eaux vives de la rivière aux Sables aujourd'hui dans le cadre de la quatrième édition du Slalom d'automne.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Radio-Canada

Une cinquantaine de kayakistes ont pris d'assaut les eaux vives de la rivière aux Sables samedi dans le cadre de la quatrième édition du Slalom d'automne. Les participants provenaient d'un peu partout au pays et devaient franchir une vingtaine de bornes jusqu'à la ligne d'arrivée.

Les membres de l'équipe nationale junior de canoë-kayak ont d'ailleurs tenu un camp d'entraînement sur le site dans les derniers jours.

C’est un parcours très technique avec beaucoup de pentes et de dénivelé, c’est un parcours en milieu naturel souvent les parcours de slalom en Europe c’est artificiel avec du pompage. Ici c’est un petit joyau, comme le souligne le président du club de kayak de la rivière aux Sables, Xavier Allaire-Vigeant.

Un homme avec un dossard de couleur bleue.

Le président du club de kayak de la rivière aux Sables, Xavier Allaire-Vigeant.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Terre d’accueil d’un championnat ?

Le club de kayak de la rivière aux Sables souhaite que les eaux de la rivière deviennent le théâtre d'une qualification nationale pour les membres de l'équipe canadienne de slalom en canoë-kayak l'an prochain.

À long terme, le site pourrait même accueillir un championnat du monde junior et générer des impacts économiques importants avec la venue de plus de 300 athlètes, selon Anthony Colin, qui est entraîneur à la fédération nationale.

Aujourd’hui, c’est pas le standard pour les coupes du monde, car ils recherchent des bassins artificiels mais ça pourrait être un bon standard pour un championnat du monde junior, précise-t-il.

Un homme à côté de son kayak.

Marc Richard est venu de la Nouvelle-Écosse pour défier les eaux de la rivière près de l’ancien site de Cépal.

Photo : Radio-Canada / Roby St-Gelais

Selon des informations de Roby St-Gelais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !