•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ville frontalière américaine sceptique quant au retour des visiteurs Canadiens

Vue sur les allées du poste frontalier.

Les déplacements non essentiels pourront bientôt reprendre au poste frontalier d'Osoyoos.

Photo : Radio-Canada / Curtis Allen/CBC

Radio-Canada

Comme annoncé cette semaine, les États-Unis lèveront le 8 novembre les restrictions sur les voyages non essentiels pour les personnes doublement vaccinées. Des villes frontalières attendent avec impatience le retour des Canadiens, mais sont aussi sceptiques en raison des obstacles qui vont demeurer.

Certaines restrictions s’appliqueront toujours, comme la présentation d’un test PCR négatif de moins de 72 heures lors du retour au Canada.

Dans la ville frontalière d’Oroville, dans l’État de Washington, les rues reprendront bientôt vie, c’est ce qu’espère du moins Karen Frisbie, présidente de la Chambre de commerce de la municipalité d’environ 2000 résidents.

La mairesse de la ville, Sue McKortoff, témoigne aussi de cet engouement.

« Beaucoup de résidents qui vivent à Osoyoos, de l’autre côté de la frontière, adorent venir à Oroville. Ils ont leurs endroits favoris, leurs bonnes adresses où ils vont. »

— Une citation de  Sue McKortoff, mairesse d'Oroville

La mairesse s’inquiète néanmoins que l’obligation liée au test PCR, payant et dont les résultats peuvent mettre plusieurs jours avant d’arriver, dissuade les visiteurs vaccinés qui souhaitent venir faire leurs emplettes quotidiennes.

Avec des informations de Winston Szeto

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !