•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évacués des PN de Shoal Lake et Red Cross ignorent quand ils pourront rentrer

Deux pompiers dans un coin de forêt, où de la fumée s'échappe de broussailles.

Jeudi, l'incendie de Bell était sous contrôle, selon les autorités. Ce feu est situé près des Premières Nations cries de Shoal Lake et Red Earth en Saskatchewan.

Photo : Gracieuseté Tina Pelletier

Radio-Canada

Plus de deux semaines après l’évacuation de leurs communautés situées près du village de Hudson Bay en Saskatchewan, les résidents des Nations cries de Shoal Lake et Red Earth ne sont toujours pas rentrés chez eux, et ne savent pas quand ils pourront y retourner.

Ils s’ennuient et se sentent seuls, a déclaré le chef de Shoal Lake, Marcel Head, pendant une conférence de presse virtuelle, vendredi après-midi. Ils veulent rentrer, mais nous leur disons que nous ne voulons pas prendre de risque pour leur santé.

Vendredi après-midi, Environnement Canada a levé tous les avertissements relatifs à la qualité de l’air dans la région.

Le plus grand danger, l'incendie de Bell tout près, est maintenant sous contrôle même s’il continue de brûler.

L’Agence de la santé publique de la Saskatchewan estime que, dans les conditions actuelles, ce feu ne se répandra pas davantage.

La Société de la Croix-Rouge de la Saskatchewan a déclaré à CBC qu’elle rencontrera les chefs des deux communautés évacuées samedi, pour discuter des prochaines étapes.

Avant que quiconque puisse rentrer, dit Marcel Head, il faut connaître les dommages causés par la fumée et évaluer la qualité de l’air à l’intérieur des maisons pour assurer que les résidents seront en sécurité .

Il note que certains sont déjà de retour et ont commencé le nettoyage. Des purificateurs d’air provenant de Services Autochtones Canada sont aussi acheminés vers les Premières Nations.

Les Premières Nations du Nord ont l’habitude des feux de forêt, mais le chef Marcel Head dit que dans ce cas-ci, les deux communautés ont dû se démener pour obtenir les ressources provinciales permettant de lutter contre les flammes et la fumée.

Il y a des choses qui auraient dû être faites avant les évacuations, dit-il. On ne peut pas continuer de faire face à ces problèmes. On nous traite comme des citoyens de seconde, voire de troisième classe, dans cette province et même au Canada.

Marcel Head dit que les deux Premières Nations travaillent à une nouvelle stratégie de lutte contre les feux qui sera gérée par les Autochtones, en collaboration avec le conseil tribal de Prince Albert et l’organisme de santé Northern Inter-Tribal Health Authority.

Pendant des années, c’est la province qui a pris les décisions en ce qui concerne la saison des feux de forêt, rappelle Marcel Head. Je pense qu’il y a moyen de faire mieux et qu’il faut faire quelque chose.

Marcel Head indique qu’il prévoit de présenter cette stratégie lors d’une rencontre nationale de l'Assemblée des Premières Nations cette année.

Avec des informations de Jessie Anton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !