•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cycliste est happé mortellement à Sherbrooke

Des débris de la voiture gisent au sol.

Il y avait encore plusieurs débris visibles samedi au coin des rue de l'Alcôve et chemin Laliberté.

Photo : Alexis Tremblay

Radio-Canada

Un cycliste dans la fin trentaine a succombé à ses blessures samedi, après avoir été fauché par une voiture vendredi, dans le secteur de Saint-Élie à Sherbrooke.

L'accident est survenu au coin du chemin Laliberté et de la rue de l’Alcôve, aux alentours de 19 h. À la suite de la collision, la présumée conductrice a fui les lieux en compagnie de son passager. Les policiers du Service de police de Sherbrooke (SPS) les ont retrouvés peu de temps après. Ils ont aussitôt été arrêtés et interrogés.

Des accusations pour conduite dangereuse et délit de fuite causant des lésions ont été déposées à l'endroit de la conductrice, explique le lieutenant Martin Lagueux du Service de police de Sherbrooke. Toutefois, la victime étant maintenant décédée, les chefs d'accusation s'aggraveront, comme prévu par le Code criminel.

Quant au passager, il a aussi été libéré. Selon le SPS, tout porte à croire qu'aucune accusation ne sera déposée contre lui.

Un équipement de réanimation traîne sur le sol.

Il y avait encore plusieurs débris visibles samedi au coin des rue de l'Alcôve et chemin Laliberté.

Photo : Alexis Tremblay

Un agent spécialiste de la reconstitution des collisions a été envoyé sur les lieux vendredi soir. Il tente de faire la lumière sur les causes et circonstances de l'accident.

Peu d'espace sur la voie

Des résidents du secteur sont inquiets puisque de plus en plus de gens utilisent cette même voie pour soit promener leur chien ou faire du jogging, par exemple.

Selon Pierre Tremblay, un coureur et cycliste aguerri, qui emprunte souvent sur la voie où est survenu l'accident, ce n'est pas l'excès de vitesse qui pose problème.

Il n'y a pas beaucoup d'accotements, donc c'est difficile de courir à côté. Donc ce qui arrive c'est que les gens courent sur la rue. Même en vélo, c'est assez difficile d'avoir un espace assez grand pour partager correctement avec les autos, ajoute-t-il.

Un problème qui aurait pu être réglé, selon lui, lorsque la Ville a refait le pavage de la rue quelques années plus tôt.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !