•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Violences conjugale et sexuelle : Québec déploie une aide financière d’urgence

Un homme serrant le poing devant une femme avec les mains sur son visage.

L'aide d'urgence sera d'abord envoyée dans les régions de Laval et de la Montérégie.

Photo : Shutterstock

La Presse canadienne

Le gouvernement du Québec a confirmé le déploiement d'une aide financière d'urgence aux victimes de violence sexuelle et de violence conjugale, d'abord dans les régions de Laval et de la Montérégie et partout ailleurs au Québec dans les prochains mois.

Cette aide d'urgence permettra à une personne victime de violence dont la sécurité ou celle de ses enfants est compromise de quitter rapidement un milieu dangereux.

Plusieurs dépenses pourront être couvertes, notamment les frais de transport et d'hébergement ainsi que les frais de subsistance de la personne victime et des personnes à sa charge.

Le nouveau service sera administré par les organismes SOS violence conjugale et Info-aide violence sexuelle, en fonction de la nature de la violence subie.

Les intervenants de première ligne, comme les policiers, les maisons d'hébergement ou les centres d'aide aux victimes, pourront contacter les administrateurs de l'aide financière d'urgence sept jours par semaine, à toute heure du jour ou de la nuit.

Pour éviter à la personne victime de devoir répéter son histoire à plusieurs reprises, ce sont les administrateurs de l'aide d'urgence qui communiqueront avec les fournisseurs de services pour répondre à ses besoins.

Le déploiement de cette aide financière d'urgence avait été prévu dans la réforme du régime d'indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC).

Besoin d'aide?

SOS violence conjugale

Info-aide violence sexuelle

  • 1 888 933-9007

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !