•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Allégation d’inconduite sexuelle contre le lieutenant-général Steven Whelan

Zoom sur le drapeau du Canada qui figure sur l'uniforme porté par l'un des membres des Forces armées canadiennes.

Les Forces armées canadiennes sont secouées par une série d'allégations d'inconduite sexuelle.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

Radio-Canada

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes affirme avoir reçu une allégation d'inconduite sexuelle visant le lieutenant-général Steven Whelan, chef du Commandement du personnel militaire. Une enquête est en cours.

M. Whelan est resté à son poste pendant plus de quatre mois après que le chef d'état-major par intérim de la défense, le général Wayne Eyre, eut connaissance de l'enquête.

Les Forces armées canadiennes ont indiqué que M. Whelan ne devait pas en être informé en raison des impacts possibles sur l'enquête , qui est en cours.

Le chef d'état-major par intérim, le général Wayne Eyre, a fait savoir dans une déclaration que, compte tenu des récents développements, le lieutenant-général Steven Whelan a été retiré de ses fonctions.

Il a souligné que les Forces armées canadiennes (FAC) sont une institution fondée sur la primauté du droit et sur les attentes les plus élevées des Canadiens. À ce titre, les FAC doivent s'assurer que toutes les parties – plaignants et mis en cause – bénéficient de leurs droits fondamentaux en matière d'application de la loi, d'équité procédurale, de sécurité et de protection de la vie privée.

C’est le Globe and Mail qui a révélé en premier l'enquête sur M. Whelan.

Mercredi, on a appris que le lieutenant-général Trevor Cadieu, qui devait prendre le commandement de l'Armée de terre, fait l'objet lui aussi d'une enquête de la police militaire en raison d’allégations, vraisemblablement de nature sexuelle.

L'armée est secouée par une succession d’enquêtes sur des allégations d'inconduite sexuelle en cours, et plusieurs hauts dirigeants faisant l'objet d'allégations ont été mis en congé payé.

L'ancien commandant militaire en chef du Canada, le général à la retraite Jonathan Vance, est accusé d'un chef d'entrave à la justice dans le cadre d'une enquête sur des allégations d'inconduite sexuelle qu'il nie.

Son successeur, l'amiral Art McDonald, a été mis en congé pour une enquête sur des allégations d'inconduite sexuelle qu'il a niées et qui n'ont pas conduit à des accusations criminelles.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !