•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Itinérance : l’état d’urgence et un nouveau refuge de jour temporaire à Yellowknife

Un site clôturé près du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, près du lac Frame, à Yellowknife.

Le nouveau refuge de jour temporaire sera installé à l'emplacement de l'ancien Centre d'information touristique Northern Frontier, à Yellowknife.

Photo : Radio-Canada

Pour offrir un gîte de jour aux itinérants de Yellowknife à l’approche de l’hiver, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest déclare l’état d’urgence local et désigne l’emplacement de l’ancien Centre d’information touristique Northern Frontier, de Yellowknife, pour accueillir un nouveau refuge de jour temporaire.

La décision du gouvernement territorial survient près de deux semaines après le refus, par une majorité des membres du conseil municipal de Yellowknife, de modifier le zonage de l’ancien bâtiment de la Légion royale canadienne, au coin de l’avenue Franklin et de la 48e Rue.

L’état d’urgence décrété par le ministre des Affaires municipales et communautaires, Shane Thompson, entrera en vigueur le 19 octobre.

D’ici que les maisons mobiles provenant du camp de travailleurs de la route toutes saisons des Tłı̨chǫ soient installées sur le site et que tous les services, comme l’eau courante et les égouts soient en place, l’aréna de Yellowknife a été choisi pour accueillir les itinérants durant la journée. Ces travaux devraient être terminés d'ici la fin de novembre.

Selon la ministre de la Santé et des Services sociaux du territoire, Julie Green, la décision de déclarer l’état d’urgence est un moyen extrême qui permettra d’assurer la sécurité des itinérants [...] le plus rapidement possible sans avoir à se préoccuper du processus d’octroi de permis de la Ville.

On doit aider ceux qui en ont besoin en leur offrant un lieu où aller [lorsque les refuges sont fermés], précise la ministre.

Une fois terminé, le nouveau refuge de jour de l’ancien centre d’information touristique pourra accueillir une cinquantaine de personnes, dont le personnel.

Il sera toutefois soumis aux restrictions sanitaires en vigueur. En ce moment, celles-ci limitent les rassemblements intérieurs à 25 personnes.

Une solution de rechange après le refus du conseil

Bien qu’il considère toujours que l’emplacement originellement choisi comme le meilleur, le gouvernement dit avoir abandonné l’idée à la suite du refus de la Ville.

Les gens veulent avoir le refuge ailleurs que sur la Main, et nous l’ont clairement fait savoir, souligne la directrice du mieux-être psychologique et du rétablissement des dépendances au ministère de la Santé et des Services sociaux, Sara Chorostkowski.

La solution de rechange adoptée a été proposée aux autorités territoriales quelques jours avant le vote du conseil municipal.

Nous avons préféré attendre la décision de la Ville sur la première option, explique la ministre Julie Green.

Selon le directeur de la planification des infrastructures du ministère, Perry Heath, le site de l’ancien centre d’information touristique offre plus d’espace à l’extérieur et est facilement raccordable aux services municipaux.

Il demandera toutefois plus de travail que l’ancien bâtiment de la Légion royale canadienne afin de pouvoir être utilisé.

Avec des informations de Liny Lamberink

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !