•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Iqaluit confirme la présence d’hydrocarbures dans l’aqueduc municipal

Un habitant d'Iqaluit remplit un bidon d'eau au point de service municipal, le jeudi 14 octobre 2021.

Les habitants d'Iqaluit doivent faire la file pour remplir leurs bidons d'eau en attendant de pouvoir consommer l'eau de l'aqueduc municipal.

Photo : La Presse canadienne / Emma Tranter

Les niveaux de contamination aux hydrocarbures dans le système de traitement et de distribution des eaux de la ville d'Iqaluit sont élevés, mais demeurent à l'intérieur des limites sanitaires, selon les autorités municipales.

Lors d'un point de presse tenu en fin de journée, vendredi, les autorités ont rendu publics les résultats d'analyse de l'eau effectuée en Ontario.

Jeudi, la Ville a commencé à vidanger l'eau du système d'approvisionnement, une procédure qui dure 48 heures.

Les habitants de la capitale du Nunavut seront ensuite invités à vider les tuyaux d'approvisionnement de leur maison.

En attendant, l'ordre de ne pas consommer l'eau du robinet demeure en place. Les autorités assurent toutefois qu’il est possible d’utiliser l'eau pour la lessive, le nettoyage, la douche ou le bain des adultes et des enfants.

La directrice générale de la Ville, Amy Elgersma, a affirmé en conférence de presse que le faible risque pour la santé est une bonne nouvelle.

Le médecin hygiéniste en chef, Michael Patterson, précise qu’en vertu des résultats des tests, les risques pour la santé à long terme ne sont pas une préoccupation pour l’instant.

Une préposée dans un centre de distribution de l'eau à Iqaluit.

Les résidents d'Iqaluit peuvent se rendre dans des centres de distribution d'eau pour s'approvisionner.

Photo : Radio-Canada / Mario de Ciccio

Le Dr Patterson soutient que des symptômes tels que des maux de tête ou de ventre peuvent être ressentis après la consommation d’eau contaminée. Il précise toutefois que ceux-ci ne durent généralement [que] quelques heures, le temps que les hydrocarbures passent à travers le système.

Mardi, les autorités municipales ont décrété que l’eau du robinet était impropre à la consommation. L’état d’urgence municipal a, quant à lui, été déclaré le lendemain.

Jeudi, le gouvernement du Nunavut a, à son tour, déclaré l’état d’urgence à Iqaluit et fait acheminer 80 000 litres d’eau par avion vers la capitale. La première cargaison de bouteilles d’eau a été distribuée en moins d’une heure.

Un réservoir souterrain fautif

Selon Amy Elgersma, un réservoir souterrain a été identifié plus tôt cette semaine comme étant la source de la contamination, mais il faudra une enquête approfondie pour comprendre comment plusieurs types de carburant ont pu s'infiltrer.

Les autorités croient qu’il pourrait s’agir de diesel ou de kérosène, mais précisent qu’il est impossible d’en déterminer la quantité sans savoir comment ces carburants se sont retrouvés dans l’eau.

Il faudra des examens historiques [...] et des analyses du sol pour mieux comprendre la situation, explique la directrice générale. Elle croit qu’il sera tout de même possible de résoudre l’énigme assez rapidement.

En attendant, le réservoir contaminé a été isolé et les valves tiennent le coup, ajoutent les autorités.

L’eau municipale est redirigée vers un deuxième réservoir, ce qui est un pas dans la bonne direction, affirme Mme Elgersma. Elle ajoute que l’eau du réservoir fautif sera vidée dans des citernes pour permettre d’en examiner l'intérieur.

Des cargaisons d’eau et de préparations pour bébés attendues

La municipalité a annoncé la distribution d’eau et de lait maternisé à deux endroits de la capitale, samedi et dimanche après-midi. Trois cargaisons devaient être livrées par avion vendredi.

Chaque ménage a pu récupérer quatre cruches de 4 litres d’eau. Celle-ci n’est destinée qu’aux besoins immédiats et ne devrait pas être gardée en réserve, indique la Ville dans un communiqué.

Avec des informations d'Amy Tucker et Jackie McKay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !