•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de candidatures féminines en hausse de 5 % au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Joan Simard sourit devant des arbres et l'hôtel de ville de Saguenay l'automne.

Joan Simard est candidate pour devenir conseillère municipale dans le district 8 à Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Radio-Canada

La proportion de candidatures féminines est en hausse, au Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en comparaison avec les dernières élections municipales de 2017.

Selon le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), les femmes représentent 35 % de l’ensemble des candidatures dans la région. Il s'agit d'une hausse de près de 5 % en comparaison avec 2017.

On retrouve même à Saguenay, un district où cinq femmes se font la lutte, dont Joan Simard qui a été conseillère municipale au début des années 2000.

Je pense que ça veut dire aussi que c'est possible d'avoir cette représentation. En même temps, il y en aura juste une qui sera élue. Au niveau du conseil de ville, il y aura peu de changements en mon sens. Si on regarde, il y a déjà trois élus sans opposition, ce sont trois hommes. Dans le secteur de La Baie, si je me souviens bien, il n'y a qu'une seule femme qui se présente, les autres étant tous des hommes, a calculé Mme Simard.

Selon elle, les conseils municipaux gagnent à accueillir davantage de femmes à leur table. On a une certaine civilité qui est très, très forte. Les femmes sont préparées de nature. Elles lisent leurs dossiers, elles font le travail. Il y a des hommes aussi qui le font, bien sûr, mais ça crée une dynamique qui est fort différente. Et c'est au bénéfice de la population, a-t-elle poursuivi.

Marieve Ruel sourit dans un parc l'automne.

Après une campagne fédérale avec le Nouveau Parti démocratique, Marieve Ruel se présente sous les couleurs d'Unissons Saguenay dans le district 2 à Saguenay,

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

Après s'être présentée aux élections fédérales avec le Nouveau Parti démocratique dans Jonquière, Marieve Ruel tente sa chance aux élections municipales avec la formation Unissons Saguenay dans le district 2 à Saguenay. Ce parti présente d'ailleurs six femmes parmi ses huit candidats aux postes de conseillers. Unissons Saguenay offre, selon elle, des mesures facilitantes pour les femmes.

On va vous prendre comme vous pouvez, quand vous pouvez. On essaie de varier les heures de réunion en fonction des routines de dodo de nos mamans. [Il y a] des enfants qui participent à nos points de presse, à nos réunions. Ce n'est pas rare d'avoir des petits bébés avec nous en réunion, a-t-elle donné comme exemple.

Ces deux candidates s'entendent quant à la nécessité de revoir la façon de faire de la politique. C'est sûr qu'il faut travailler à faire les choses autrement. Souvent, ce qu'on fait, c'est qu'on essaye de s'ajuster à la structure quand on devrait ajuster la structure à nos besoins. Donc, ça, ça prend une réflexion. Mais tant et aussi longtemps qu'on aura beaucoup d'hommes qui sont au cœur de cette organisation-là, les choses vont changer très lentement, a débuté Joan Simard.

Quand on veut encourager la présence des femmes, on va essayer de leur donner des outils pour qu'elles s'adaptent à une réalité. Alors que je pense que c'est le contraire qu'on doit faire. À Unissons Saguenay, on l'a beaucoup fait. On adapte la façon de faire de la politique pour permettre à ces gens-là de s'impliquer. On parle des femmes, des jeunes, mais on peut également parler des personnes qui vivent avec un handicap, des gens des minorités visibles et culturelles, a ajouté Marieve Ruel.

Louise Cordeau, présidente du Conseil du statut de la femme

Louise Cordeau, présidente du Conseil du statut de la femme

Photo : Radio-Canada

Le Conseil du statut de la femme est d'avis qu'il faudrait au moins 40 % de candidatures féminines pour une bonne représentation de la société. Néanmoins, l'actuel portrait des élections municipales est encourageant pour l'organisme.

C'est la capacité de correspondre et de répondre à des réalités différentes de plusieurs milieux, de plusieurs horizons. C'est vrai en affaires municipales, c'est vrai dans toute une société. Plus les personnes qui prennent des décisions et qui sont au pouvoir ont une multiplicité de points de vue, plus la société s'enrichit, a illustré Me Louise Cordeau, la présidente du Conseil du statut de la femme.

D'après un reportage d'Annie-Claude Brisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !