•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des parents réclament le passeport vaccinal pour les élèves au Nouveau-Brunswick

Une femme en entrevue par webcam.

Christine Picard demande au gouvernement du Nouveau-Brunswick d'imposer un passeport vaccinal aux élèves.

Photo : Radio-Canada

Des parents du Nouveau-Brunswick demandent au gouvernement de réserver l’apprentissage en classe aux élèves vaccinés. Les élèves non vaccinés devraient alors se contenter de faire l’école à la maison. Cette mesure, qui vise à réduire la propagation de la COVID-19 dans les écoles, aurait de bonnes chances de passer le test des tribunaux, selon un juriste.

L’idée d’imposer le passeport vaccinal aux élèves de 12 ans et plus a été lancée par une mère de Moncton, Christine Picard, dans une lettre adressée au premier ministre Blaine Higgs, au ministre de l’Éducation Dominic Cardy et à la médecin hygiéniste en chef la Dre Jennifer Russell.

Dans sa lettre, la mère de deux adolescentes qui fréquentent une école secondaire du Grand Moncton raconte les déboires de ses filles qui subissent les périodes d’isolement et les fermetures répétées de l’école en raison de cas de COVID-19 parmi leurs camarades.

Selon plusieurs parents, les règles actuelles pénalisent injustement les élèves vaccinés.

« C’est l’équivalent de punir toute la classe pour les mauvais comportements constants d’un seul élève. »

— Une citation de  Christine Picard, mère de deux élèves au secondaire

Le passeport vaccinal est déjà exigé pour certaines activités parascolaires.

Les adolescents doivent aussi montrer patte blanche pour fréquenter les lieux publics non essentiels, comme les restaurants, les salles de cinéma ou les gymnases. Le passeport vaccinal est également imposé aux étudiants dans la majorité des campus universitaires, dont l’Université de Moncton.

C’est exigé pour manger une salade au restaurant, pourquoi pas dans une école publique, se demande Christine Picard.

Le ministre de l’Éducation, Dominic Cardy, n’était pas disponible pour accorder une entrevue sur la question vendredi, mais il a déjà fait savoir qu’il était en faveur de la vaccination obligatoire des élèves.

Cette idée fait également son chemin en Ontario.

Des accommodements pour les non-vaccinés

Dans sa lettre, Christine Picard affirme que fréquenter l’école est un privilège. Selon elle, les adolescents qui ne sont pas vaccinés peuvent poursuivre leur apprentissage, mais à la maison. Une ligne plus dure est tout à fait justifiée et impérative, écrit-elle.

Je crois qu’il y a des possibilités de faire l’enseignement à la maison pour les gens qui font le choix de ne pas se faire vacciner, tandis que les gens qui ont écouté [le gouvernement] et qui sont vaccinés, j’ai beaucoup de misère que c’est eux qui sont à la maison, explique Christine Picard.

Elle demande également un meilleur accès aux tests de dépistage rapide pour les élèves vaccinés, ainsi que des fermetures d’écoles mieux organisées.

Que diraient les tribunaux?

Le juriste Érik Labelle Eastaugh, professeur à l’Université de Moncton, est d’avis que cette mesure, si elle entrait en vigueur, ne brimerait pas les droits et libertés des élèves.

Je n’y vois aucun empêchement majeur d’un point de vue juridique, dit-il.

Érik Labelle Eastaugh en entrevue par webcam.

Le professeur de droit de l'Université de Moncton, Érik Labelle Eastaugh

Photo : Radio-Canada

Le genre de mesure qui est [proposée] – où ce n’est pas une vaccination forcée, mais une vaccination obligatoire pour faire l’apprentissage en présentiel, sinon l’apprentissage se fait à distance – serait validée par les tribunaux si jamais ils devaient se pencher sur la question en vertu de la Charte des droits et libertés, explique le juriste.

Il ajoute que le Nouveau-Brunswick est l’une des provinces qui exigent déjà que les enfants soient vaccinés contre un certain nombre de maladies avant d’être inscrits à l’école. C’est quelque chose qui se fait déjà. De plus, l’urgence sanitaire causée par la pandémie donnerait de bons motifs qui permettraient de justifier une telle mesure dans les écoles, selon lui.

Un sondage envoyé aux parents

La directrice générale de l’Association des parents du Nouveau-Brunswick, Chantal Varin, indique que de nombreux parents sont inquiets et insatisfaits de la gestion de la pandémie dans les écoles par le gouvernement provincial.

Un sondage a d’ailleurs été envoyé aux parents, jeudi, afin de mieux cerner leurs difficultés et leurs frustrations.

La question du passeport vaccinal [pour les élèves], à l’heure actuelle, je n’en ai pas beaucoup entendu parler, peut-être que ça circule dans l’opinion populaire, mais ce n’est pas encore rentré chez nous, dit-elle.

La question de la vaccination obligatoire des élèves ne fait pas partie des questions abordées dans le sondage.

Avec des informations de Pascal Raiche-Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !