•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Première Nation de Norway House, au Manitoba, fait face à une éclosion de COVID-19

L'éclosion a entraîné la fermeture de l'école de la communauté.

Une pancarte routière dans le noir indique les communautés de Norway House et de Cross Lake. Sous ces indications, une autre pancarte précise que la Première Nation de Cross Lake est en confinement.

Pour lutter contre la COVID-19, la communauté de Norway House s'est mise en confinement.

Photo : CBC / Bartley Kives

Radio-Canada

La Première Nation de Norway House, dans le nord du Manitoba, fait face à sa première éclosion de COVID-19, alors que la province est en pleine quatrième vague.

La communauté, qui est située à environ 800 km au nord de Winnipeg, a connu une forte augmentation du nombre de contaminations. Les membres de la Première Nation pensent que la COVID-19 a commencé à se propager au début du mois de septembre.

Selon le chef de la Première Nation, Larson Anderson, il y avait 84 cas actifs mardi, et 87 personnes avaient guéri de la maladie. Par ailleurs, une personne a succombé à la maladie.

M. Anderson a ajouté que la plupart des contaminations concernent des personnes qui sont pleinement vaccinées, ainsi que des enfants et des adultes dans la vingtaine et dans la quarantaine.

La communauté a aussi décidé de fermer son école afin de freiner la propagation de la maladie.

La maladie se propage dans les résidences

Dans un communiqué, la Première Nation explique que la moitié de ses cas sont dus à des contacts rapprochés dans les maisons.

Des logements surpeuplés, un manque de chauffage et d’aération appropriés et de toilettes saines contribuent à l’urgence épidémique, a déclaré Larson Anderson.

Norway House compte environ 7500 personnes. Au début de la pandémie, la communauté a mis au point ses propres mesures en réponse à la pandémie, ajoute le communiqué.

La Première Nation se trouve à une étape critique dans sa lutte contre la COVID-19, selon le communiqué. Des équipes travaillent pour contenir le nombre de cas en faisant des tests, en retraçant les contacts rapprochés, en mettant des personnes en isolement et en imposant un confinement global de la communauté.

Augmentation du nombre de cas chez les Autochtones

L’équipe de coordination de la réponse à la pandémie de COVID-19 des Premières Nations du Manitoba a déclaré cette semaine qu'elle constatait une augmentation du nombre de nouveaux cas parmi les membres autochtones. Mercredi, l'équipe a signalé 31 nouveaux cas, et 55, jeudi.

Par ailleurs, il y avait 963 cas actifs au Manitoba vendredi, dont 520 parmi des Autochtones.

Ce virus, et particulièrement le variant Delta, est inquiétant parce qu'il se propage facilement et rapidement. Le nombre de cas augmente exponentiellement, a affirmé jeudi en conférence de presse virtuelle la Dre Marcia Anderson, qui travaille pour l’équipe de coordination de la réponse à la pandémie de COVID-19 des Premières Nations du Manitoba.

La Dre Anderson a précisé qu’il y avait des cas actifs de COVID-19 dans 17 Premières Nations du Manitoba.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !