•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un effort citoyen pour relancer la course automobile à Timmins

Des hommes devant une voiture.

Afin de pratiquer leur passion à la maison, ce groupe de passionné développe un circuit automobile à Timmins.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Après 10 ans d’interruption, des amateurs de vitesse veulent ramener les courses sur terre battue à Timmins. Le groupe aménage un circuit dans une cour d’entreposage de voitures sur la route 101.

Pilote dans l’âme depuis son jeune âge, James Cramer a converti une partie des 80 acres de sa cour d’entreposage en piste de course. Il espère pouvoir attirer deux courses par année sur son terrain.

La racing family de James Cramer met l’épaule à la roue afin de concrétiser le projet.

On a fait un circuit dans le sable. Il y a juste de petits pneus de voitures qui font le rond. C’est juste une place pour pratiquer présentement, dit le dernier champion du Bristol Speedway à Timmins, Jason Desgroseillers.

Toutes sortes de théories lui viennent à l’esprit pour expliquer la fin des courses à Timmins en 2011.

La récession, le monde avait moins d'argent à dépenser pour les voitures. Il y avait ainsi moins de pilotes qui venaient, ça ne valait pas la peine pour le propriétaire de continuer.

Une voiture de stock car en piste.

Afin de remporter des championnats en sol québécois, Jason Desgroseillers s'est inspiré des véhicules de Nascar pour bâtir ce bolide.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

À Timmins, en plus de James Cramer, ils sont cinq dont la passion ne s’est jamais atténuée. Le groupe parcourt les circuits de stock québécois situés à Beaudry et Taschereau.

Les gens qu'on affronte nous disent qu’ils viendraient faire des courses ici, soutient James Cramer rencontré à sa propriété.

Le groupe est convaincu que sa passion rassemblera la communauté, mais il reste encore beaucoup de travail à faire avant d’y voir un drapeau en damier.

Une voiture dans une piste de course.

La cour d'entreposage est au coeur de la piste de course.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Ça va prendre beaucoup d’ouvrage. On aimerait avoir de la vraie terre pour être capable de faire une vraie piste. On a besoin d’équipement; de bénévoles pour travailler sur la piste et construire des estrades, estime Jason Desgroseillers qui ne fait plus de courses, mais qui est mécanicien pour les pilotes de la région.

James Cramer espère toujours remporter son pari d'intégrer le circuit des stock-cars. Si on échoue, on aura au moins un endroit pour pratiquer, lance-t-il en terminant. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !