•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Oilers en cinq questions

Montage photo avec Connor McDavid, Duncan Keith, Kailer Yamamoto, Mike Smith et la poigneé de main entre les joueurs des Jets et des Oilers après leur élimination en mai.

Les Oilers d’Edmonton ont-ils ce qu'il faut pour éviter une autre sortie rapide en séries éliminatoires?

Photo : Getty Images

Les Oilers d’Edmonton ont amorcé la saison 2021-2022 du bon pied avec un gain de 3-2 face aux Canucks de Vancouver mercredi.

Avec encore 81 parties à jouer, plusieurs questions sont toujours sans réponse. En voici cinq auxquelles je vous invite à répondre.

1- Combien de points récoltera Connor McDavid?

Les plus optimistes parlent d’une conquête possible de plus de 150 points pour le capitaine des Oilers.

Celui qui a remporté trois fois le Trophée Art-Ross, remis au meilleur marqueur de la Ligue nationale de hockey (LNH), au cours des cinq dernières saisons a terminé la dernière campagne avec une production de 105 points en 56 matchs, ce qui se serait traduit par 153,75 points en 82 matchs.

Connor McDavid près de la bande, lors d'un match.

Combien de points récoltera Connor McDavid cette saison?

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Depuis le début de sa carrière, McDavid réalise 1,41 point par rencontre ou 115,65 points par saison.

Lors de chacune des saisons qu’il a disputées, McDavid a amélioré sa moyenne de points par match passant de 1,07 en 2015 à 1,88 la saison dernière.

McDavid n’est âgé que de 24 ans. Pour beaucoup de joueurs de la LNH, il s’agit du moment où ils connaissent le plus de succès. Est-ce possible que ce soit aussi le cas pour le numéro 97?

La saison dernière, les voyages étaient moins longs et moins fréquents. Une situation qui a permis à certains joueurs de connaître la meilleure saison de leur carrière.

Cette saison, la LNH revient à la normale et présente de plus un calendrier condensé en raison d’une longue pause olympique en février.

McDavid a déjà été nommé au sein de la formation qui représentera le Canada à Pékin, ce qui signifie qu’il ne pourra pas bénéficier d’une pause durant la saison.

Peut-il élever son jeu d’un autre cran? Plusieurs croient que oui.

2- Quel sera l’impact de Duncan Keith au sein de la formation?

Il est rare de voir un joueur dire à son équipe : je veux être échangé avec les Oilers. C’est pourtant ce qu’a fait le vétéran Duncan Keith qui voulait se rapprocher de son garçon.

Après 16 saisons avec les Blackhawks, il se joint donc aux Oilers.

La réaction à l’annonce de son arrivée à Edmonton a été mitigée. Si plusieurs se sont réjouis de voir un joueur de sa trempe se joindre aux Oilers, d’autres étaient critiques à l’endroit de son salaire de 5 538 462 $ et du fait que les Oilers n’ont pu convaincre les Blackhawks de continuer à en assumer une partie.

Duncan Keith durant un échauffement d'avant-match.

Duncan Keith dispute une première saison avec les Oilers.

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Le défenseur de 38 ans n’est plus le joueur qu’il était quand il a remporté le Trophée Norris en 2010 et en 2014, mais il peut encore rendre de fiers services à une formation.

La saison dernière, il a été le défenseur des Hawks le plus utilisé à force égales, en supériorité numérique et en infériorité numérique. À Edmonton, les attentes seront moindres.

Après avoir passé presque toute sa carrière au sein de la première paire de défenseurs à Chicago, à affronter les meilleurs joueurs adverses soir après soir, il sera utilisé au sein de la deuxième paire de défenseurs.

Il passera donc un peu moins de temps sur la patinoire chaque soir et affrontera les deuxième et troisième trios adverses plutôt que les meilleurs de chaque formation.

Keith a remporté la Coupe Stanley à trois reprises, il connaît donc la recette du succès, ce qui n’est pas le cas pour la grande majorité des joueurs des Oilers.

Sa présence dans le vestiaire lors de la série contre les Jets en mai aurait pu faire toute la différence. Les Oilers jouaient bien, mais ont paniqué et ont été éliminés en quatre rencontres.

Duncan Keith, cette saison, devra être présent, avoir une attitude positive auprès des jeunes joueurs de l’équipe et ne pas faire trop d’erreurs sur la patinoire.

3- Kailer Yamamoto mérite-t-il une place au sein d’un des deux premiers trios?

Kailer Yamamoto a amorcé la saison 2019-2020 dans la Ligue américaine, avant d’être rappelé par les Oilers le 31 décembre. Il a terminé la saison avec une performance de 26 points en 27 rencontres.

Le trio qu’il formait en compagnie de Leon Draisaitl et Ryan Nugent-Hopkins a connu un immense succès et depuis, une place au sein du top 6 des Oilers lui semble réservée.

Kailer Yamamoto avec la rondelle lors d'un match des Oilers.

Kailer Yamamoto mérite-t-il une place au sein d'un trio offensif?

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Pourtant la saison dernière, Yamamoto n’a inscrit que 8 buts et amassé 21 points en 52 parties.

Le manque de profondeur au sein de l’organisation a fait en sorte que sa place n’a jamais vraiment été menacée, mais cette saison, les choses pourraient être différentes.

L’acquisition de joueurs tels que Zach Hyman, Warren Foegele, Derek Ryan, Brandon Perlini et Colton Sceviour donne plus de profondeur aux Oilers.

Ce sera à Yamamoto de prouver qu’il a sa place au sein d’un des deux premiers trios de l’équipe, sans quoi, Foegele, Perlini ou Zack Kassian pourraient être appelés à le remplacer.

Non seulement il joue pour une place au sein d’un trio offensif, mais il joue aussi pour l’obtention d’un nouveau contrat à la fin de la saison.

Les dernières négociations entre lui et les Oilers ont été difficiles. L’attaquant de 23 ans a finalement accepté les termes d’un contrat d’une seule saison pour 1,175 million.

4- Mike Smith et Mikko Koskinen seront-ils les deux gardiens en fin de saison?

Le tandem de gardiens des Oilers fait couler beaucoup d’encre, étant souvent cité comme étant la plus grande faiblesse de l’équipe.

Pourtant, la saison dernière, Mike Smith et Mikko Koskinen (ainsi que Stuart Skinner qui a disputé une rencontre) ont présenté un pourcentage d’efficacité de 0,910, le septième meilleur de la LNH.

Au chapitre de la moyenne de buts alloués, les gardiens des Oilers ont pris le 13e rang.

Il est vrai que Mike Smith est celui qui a fait la plus grande partie du travail, connaissant une saison exceptionnelle.

Mikko Koskinen a connu quelques moments difficiles, notamment en début de saison où en raison d’une blessure à Smith, il a amorcé les 10 premiers matchs de l’équipe.

Mikko Koskinen près du banc des joueurs lors d'un échauffement d'avant-match.

Mikko Koskinen pourra-t-il rebondir après une mauvaise saison?

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Historiquement, Koskinen a démontré qu’il était un meilleur gardien quand on lui accordait un peu de repos, ce que les Oilers n’ont pu se permettre la saison dernière.

Il y a quelques jours, le gardien finlandais s’est aussi confié sur les défis personnels qu’il a vécu, passant plusieurs mois loin de sa famille, une situation qui a contribué à sa saison difficile.

Koskinen a connu deux bonnes premières campagnes avec les Oilers. Il pourrait rebondir cette saison.

Mike sans son masque lors d'un match.

Mike Smith pourra-t-il connaître une aussi bonne saison que l'an passé?

Photo : Getty Images / Codie McLachlan

Mike Smith de son côté aura 40 ans en mars. Plusieurs se demandent s’il sera en mesure de répéter ses exploits de la dernière saison.

Il sera difficile de lui demander de jouer plus qu’une cinquantaine de parties compte tenu du calendrier condensé.

Si les deux gardiens arrivent à bien se compléter, il serait possible qu’ils soient tous deux encore en poste quand s’amorceront les séries éliminatoires, mais si un des deux connaît des difficultés, le directeur général Ken Holland n’hésitera pas à sacrifier un jeune espoir de l’organisation pour faire l’acquisition d’un nouveau gardien.

5- Jusqu’où iront les Oilers en séries de fin de saison?

Contrairement aux dernières saisons, la question cette année n’est pas est-ce que les Oilers prendront part aux séries, mais plutôt jusqu’où iront-ils en séries?

Il semble y avoir un consensus voulant que dans la division la plus faible de la LNH, les Oilers et les Golden Knights de Vegas batailleront pour les deux premières positions, comme cela avait été le cas lors de la saison 2019-2020.

Lors des deux dernières saisons, les Oilers ont terminé au deuxième rang (la saison dernière au sein de la division Nord), mais les deux fois ils ont été victimes d’une élimination rapide.

Les joueurs des Oilers et des Jets se donnent la main au centre de la patinoire.

Les Jets ont éliminés les Oilers d'Edmonton en quatre rencontres.

Photo : Getty Images / David Lipnowski

Depuis le début du camp, le directeur général Ken Holland, l’entraîneur-chef Dave Tippett et le capitaine Connor McDavid répètent que l’équipe est passée en mode où il faut gagner maintenant.

Cette nouvelle philosophie signifie que bien des choses pourraient être différentes cette saison.

Dave Tippett dirigera l’équipe pour qu’elle gagne le plus souvent possible. Le développement des joueurs ne se fera pas lors des matchs comme cela a été le cas parfois au cours des dernières années.

Il ne fera pas de sentiment et utilisera les joueurs qui lui permettront de gagner, soir après soir.

Ken Holland de son côté n’hésitera pas à bouger. Depuis son arrivée à la barre de l’équipe, il a résisté à la tentation de sacrifier de jeunes joueurs ou des choix au repêchage pour une amélioration rapide, car il savait que l’équipe n’était pas encore prête à passer à la prochaine étape.

Il pourrait être très actif à la date limite des échanges pour améliorer l’équipe sur toutes les facettes du jeu, en prévision d’un long parcours en séries.

Le visage de l’équipe lors du 82e match de la saison pourrait donc être bien différent de celui qu’on a vu lors du premier match.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !