•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le traitement médical de Brandon Metallic est prolongé par le tribunal

Le palais de justice de New Carlisle et devant, un panneau qui indique la direction du centre de détention.

Le palais de justice de New Carlisle. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Roxanne Langlois

Accusé de deux chefs d’accusation de meurtre au deuxième degré, Brandon Metallic devra subir un second traitement de 30 jours visant à le rendre apte à subir son procès.

L’homme de 29 ans de Listuguj était de retour au palais de justice de New Carlisle, le 15 octobre. Il a comparu virtuellement de l'Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel, à Montréal.

La juge Janick Poirier, qui avait autorisé une première période de 30 jours de médication le 16 septembre dernier, a prolongé ce traitement.

Précisant que le tribunal tranchait sans hésitation, elle a expliqué avoir pris en considération le rapport déposé par les psychiatres qui ont examiné Brandon Metallic. La juge Poirier a aussi mentionné s'être basée, dans sa décision, sur ce que la cour a pu observer quant à l'état de M. Metallic.

L'accusé est intervenu à de nombreuses occasions sans être appelé à le faire au cours de sa comparution de vendredi, et ce, en s'adressant directement à la juge Poirier.

M. Metallic a semblé à certains moments déconnecté de la réalité. L'individu a répété à maintes reprises qu'il souhaitait témoigner et qu'il s'opposait au rapport déposé par l'Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel.

L'individu a également fait valoir qu'il ne souhaitait plus que Me Hugo Caissy, désigné par le tribunal dans le cadre de sa demande en inaptitude, le représente.

J'espère vraiment qu'un jour viendra où vous serez apte à subir votre procès et à faire face à la réalité, mais ce jour n'est pas aujourd'hui, lui a indiqué la juge Poirier.

Brandon Metallic est accusé d’avoir causé la mort d’une fillette et d’un homme dans la vingtaine à Listuguj, le 15 mai. Leur identité est frappée d'un interdit de publication.

Changement de traitement

L'antipsychotique administré dès le 16 septembre à Brandon Metallic, afin de le rendre apte à subir son procès, a été modifié après environ une semaine parce que ce dernier ne répondait pas au traitement. C'est ce que le médecin résident en médecine légale, le psychiatre Antoine Perreault, a expliqué au tribunal vendredi.

Le procureur de la défense lui a demandé si l'on pouvait s'attendre à ce que M. Metallic soit apte à subir son procès à l'issue d'une deuxième période de 30 jours avec une nouvelle médication.

C’est difficile de prédire le futur, mais je pense que c’est une attente raisonnable que l’on peut avoir à ce stade-ci, lui a répondu Dr Perreault, qui a rencontré à plusieurs reprises Brandon Metallic pour assurer son suivi médical.

M. Metallic a été reconnu inapte à subir un procès le 10 septembre par le tribunal, après une évaluation psychiatrique menée à l'Institut national de psychiatrie légale Philippe-Pinel.

Les deux psychiatres qui avaient évalué Brandon Metallic avaient alors affirmé que l’accusé souffrait d’un trouble psychotique encore non identifié.

Brandon Metallic reviendra en cour le 12 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !