•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Christian Dubé rencontre les dirigeants du CISSS-AT à Malartic

Christian Dubé, Pierre Dufour, Suzanne Blais, Caroline Roy et Claude Morin autour d'une table.

Les dirigeants du CISSS-AT ont rencontré Christian Dubé et les députés Pierre Dufour et Suzanne Blais à Malartic.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Radio-Canada

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s'est arrêté à Malartic pour une rencontre avec les dirigeants du CISSS-AT vendredi après-midi.

Après s'être rendu à Senneterre en avant-midi, il s'adressait aux médias à la suite d'une rencontre avec la PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, et le président du conseil d'administration, Claude Morin.

Les députés caquistes Pierre Dufour et Suzanne Blais ainsi que la députée solidaire Émilise Lessard-Therrien sont également sur place.

Christian Dubé, ministre de la Santé, et Pierre Dufour, ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue.

Christian Dubé, ministre de la Santé, et Pierre Dufour, ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Il dit avoir ressenti le sentiment de fierté de Senneterre cet avant-midi, mais a confirmé que la fermeture partielle temporaire du CLSC de nuit dès lundi sera maintenue.

La décision de Senneterre, ce n'est pas une décision facile, mais au niveau du CLSC, au niveau de l'urgence, de passer à moins de quarts de travail pendant une certaine période, je pense que c'est la bonne décision. Il faut regarder qu'est-ce qu'on fait dans l'ensemble dans l'Abitibi. Il faut regarder l'image globale de l'Abitibi-Témiscamingue et pas uniquement de Senneterre. C'est pour ça que malheureusement, des fois, il faut faire des choix très difficiles, dit-il.

Il souhaite travailler sur des stratégies d'attraction pour la profession infirmière. J'ai un objectif très clair, c'est de ramener les infirmières pour avoir un réseau beaucoup plus humain et beaucoup plus performant, affirme-t-il.

Christian Dubé indique mettre beaucoup de pression sur son ministère afin d'accélérer la réembauche des employés qui souhaitent réintégrer le réseau.

Christian Dubé s'adresse à la population. Le député Pierre Dufour et le maire Jean-Maurice Matte l'écoute.

Christian Dubé a tenu à rassurer la centaine de personnes qui s'étaient rassemblées au Centre de santé de Senneterre.

Photo : Radio-Canada / Valérie Gamache

Le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte, exprime de la déception après la mêlée de presse du ministre de la Santé Christian Dubé à Malartic.

Il aurait voulu que le ministre annule la décision de fermer temporairement l'urgence de Senneterre.

C’est sûr qu’à la suite de la visite du ministre Dubé, on aurait aimé que le ministre Dufour et la députée Mme Blais soient en mesure de convaincre le ministre qu'un plan de contingence qui va créer plus de problèmes qu’il n’apporte de solutions, ça ne tient pas la route. On aurait souhaité que le ministre recule. À ce moment-ci, il ne l’a pas fait, mais il nous invite à rester aux tables de travail, alors c’est ce qu’on va faire, affirme-t-il.

Le président de la conférence des préfets et maire de Malartic, Martin Ferron, a lui aussi eu droit à une rencontre avec le ministre de la Santé lors de passage.

M. Ferron s'est dit heureux d'avoir eu l'occasion de discuter en privé avec le ministre, mais déçu de ne pas avoir été invité à prendre part au comité de travail avec les trois députés provinciaux de la région.

Je crois que le monde municipal ne doit pas être écarté des rencontres importantes comme ça. J'ai eu la chance de l'avoir en privé après, c'était bien agréable, mais débattre des enjeux ensemble permet également de faire avancer les dossiers dans notre région. Je l'ai exprimé au ministre, qu'on ne doit pas être mis de côté pendant ces rencontres-là. On est des gouvernements de proximité et ça doit être tenu pour compte, cette proximité des usagers qui sont nos citoyens et nos citoyennes, affirme le maire de Malartic.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !