•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget, handicap et avortement en clôture des débats au Palais législatif du Manitoba

Une loi visant à créer des zones où les manifestations contre l'avortement seraient interdites autour d’établissements de santé a été rejetée.

Le Palais législatif du Manitoba, à Winnipeg.

Au début de la session, le gouvernement a retiré cinq projets de loi qui avaient fait l’objet d’une forte opposition, dont une réforme de l’élection qui aurait éliminé toutes les commissions scolaires anglophones de la province.

Photo : Radio-Canada / Samuel Rancourt

Radio-Canada

Une brève session parlementaire au Manitoba s’est terminée jeudi avec l’adoption d’allégements fiscaux, et des débats autour des droits reproductifs.

Trois projets de loi présentés par le gouvernement progressiste-conservateur ont été adoptés.

La Loi d’exécution du budget doit être adoptée chaque année afin de permettre au gouvernement de disposer de fonds.

Cette année, elle comprend des changements fiscaux, dont l’élimination de la taxe de vente provinciale pour les coupes de cheveux, et une nouvelle taxe pour des services tels que ceux offerts par Netflix et Airbnb.

Lors de la période des questions, des membres du Nouveau Parti démocratique (NPD) ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas soutenir un budget qui n’augmentait pas le financement pour les soins de longue durée.

Le chef du NPD, Wab Kinew, a comparé le gouvernement actuel à l’ancien premier ministre Brian Pallister, qui a démissionné en septembre.

Les Manitobains se sont clairement prononcés. Ils ne veulent pas des attaques de Brian Pallister sur les soins de santé et l’éducation, a-t-il déclaré à la Chambre.

La vice-première ministre, Rochelle Squires, a rétorqué que M. Kinew est tourné vers le passé. Selon elle, le Manitoba dépense plus en santé et en éducation que le gouvernement néo-démocrate, qui a été défait en 2016.

Bien que nous soyons pour le fait d’amener le Manitoba vers l’avant avec ces investissements améliorés, des investissements records dans ces secteurs, dans les faits, ils [les néo-démocrates] peuvent s’asseoir et défendre le legs de Greg Selinger [l'ancien premier ministre néo-démocrate] tant qu’ils veulent, a-t-elle déclaré en point de presse.

Les élus du NPD et du Parti libéral du Manitoba ont voté contre la Loi d’exécution du budget.

Un projet de loi sur les manifestations antiavortement défait

Par ailleurs, une loi qui crée un nouveau programme d’aide au revenu pour les personnes handicapées a été adoptée à l’unanimité.

Les députés provinciaux ont aussi adopté un projet de loi, proposé par le député néo-démocrate Jamie Moses, visant à désigner le 1er août comme Jour de l'émancipation. Le Canada a célébré son premier Jour de l'émancipation cette année, pour marquer l’abolition de l’esclavage dans l’Empire britannique en 1834.

Jeudi, la leader parlementaire du NPD, Nahanni Fontaine, a critiqué le gouvernement pour avoir voté contre son projet de loi visant à créer des zones tampons où les manifestations seraient interdites autour d’établissements qui pratiquent des avortements.

Je suis incroyablement déçue par chacun des progressistes-conservateurs qui se sont mis debout et qui ont voté contre ce projet de loi, et même les membres qui n’étaient pas dans la Chambre.

La ministre de la Santé du Manitoba, Audrey Gordon, a indiqué qu’elle voulait plus de consultations avant d’approuver le projet de loi. Elle a affirmé que le Manitoba devait protéger la liberté de parole, tout en évitant que des personnes se sentent menacées ou fassent l’objet de harcèlement.

La session parlementaire de six jours devait permettre de faire table rase pour la prochaine première ministre du Manitoba, qui sera sélectionnée le 30 octobre, a indiqué le premier ministre par intérim, Kelvin Goertzen.

Au début de la session, le gouvernement a retiré cinq projets de loi qui avaient fait l’objet d’une forte opposition, dont une réforme de l’élection qui aurait éliminé toutes les commissions scolaires anglophones de la province.

L’Assemblée législative doit reprendre ses travaux en novembre, avec un discours du Trône, mais la nouvelle première ministre pourrait décider de repousser la date de la reprise des travaux.

Avec les informations d'Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !