•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment gérer l’anxiété de séparation chez les animaux?

Une femme avec un chien.

La chercheure Alexandra Protopopova et son berger australien Gabou.

Photo : Alexandra Protopopova

Radio-Canada

Puisqu’une majorité de Canadiens ont désormais une vaccination adéquate pour retourner dans leur milieu de travail, plusieurs employeurs les accueillent à temps plein, ou temps partiel, et de ce fait, des animaux de compagnie se retrouvent désormais seuls pour de longues heures. Comment gérer leur anxiété de séparation après des mois de vie commune ? Voici quelques astuces.

Les étapes à suivre pour la séparation sont encore plus importantes si le propriétaire a adopté un animal durant la pandémie, car la période de socialisation des chiens et des chats a été très courte et a eu lieu très tôt dans la vie de ces animaux, explique Alexandra Protopopova chercheure en santé animalière à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC).

« La première chose à faire est de savoir quel sera notre quotidien lorsque nous serons de retour au travail. Serons-nous partis cinq ou six heures de la maison? Et ensuite, habituer progressivement notre animal de compagnie à notre absence. »

— Une citation de  Alexandra Protopopova, chargée de cours à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, UBC.

Les défis sont encore plus grands pour les propriétaires qui n’ont jamais laissé leur animal de compagnie seul pendant de longues périodes ou si ces animaux n’ont pas réellement eu de contact avec d’autres personnes.

Alexandra Protopopova ajoute qu’il est important de les introduire lentement à tout ce qui est nouveau, que ce soit des personnes, des environnements ou des situations particulières.

Comment gérer l’anxiété de séparation chez les animaux

Et il ne faut pas oublier que les humains peuvent aussi avoir de l’anxiété de séparation en laissant leur animal seul à la maison. L’important est de ne pas ignorer les signes et d’en parler à un professionnel, ajoute Alexandra Protopopova.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !