•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police enquête sur une série d’attaques au centre-ville de Calgary

Une voiture de police devant une gare de train fermée.

Plusieurs stations du C-Train, ainsi que des routes ont été fermées.

Photo : CBC / Dave Gilson

Radio-Canada

Le Service de police de Calgary enquête sur une série d'attaques aléatoires qui ont eu lieu tôt vendredi matin au centre-ville et qui a envoyé trois personnes à l’hôpital.

Peu après 3 h 15, un homme a appelé à l’aide depuis la station de train léger située dans la 4e Rue, disant qu’il avait été blessé par une machette. 

Une demi-heure plus tard, un homme a été retrouvé inconscient dans un abri d’autobus entre la 6e Avenue et la 1re Rue Sud-Ouest.

La police précise que les deux victimes ont été transportées à l'hôpital. La première est dans un état grave et la seconde se trouve dans un état où l’on craint pour sa vie.

Une voiture de police devant un abribus.

La police demande à toute personne ayant des informations sur ces attaques de la contacter.

Photo : CBC / Dave Gilson

Aux environs de 4 h, une autre victime a été retrouvée sur la 6e Avenue Sud-Ouest, un homme affirmant qu’il avait été assommé avant de reprendre connaissance peu de temps après.

Ce dernier souffre de blessures légères et n’a pas eu besoin d'être emmené à l'hôpital, précise la police qui a également trouvé une quatrième victime presque en même temps que la troisième près du pont de la Paix.

L’homme avait des blessures aux mains et il a été amené aux urgences, mais il a depuis reçu son congé de l’hôpital.

Nous continuons de croire que ces attaques ont été aléatoires et nous n’avons pas identifié de motif clair. Il n’y a rien non plus qui pourrait lier les victimes les unes aux autres, a indiqué Cliff O’Brien du service de police de Calgary. Ce dernier confirme également qu’un seul suspect est recherché sans toutefois donner, pour l’instant, sa description.

Cliff O’Brien explique que le public n’a pas été immédiatement averti, car il était difficile d’établir, à première vue, un lien entre les attaques. Il a aussi justifié la décision par le fait qu’il était clair pour les policiers que le responsable n’était plus dans le secteur.

La police demande la coopération des habitants et à toute personne qui aurait des informations de la contacter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !