•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débordements après le match Panda : des accusations portées contre 5 autres personnes

Des jeunes sont debout sur un véhicule renversé en pleine rue.

Des milliers de personnes ont célébré la victoire des Gee-Gees de l'Université d'Ottawa dans un quartier résidentiel de la capitale fédérale le soir du samedi 2 octobre (archives).

Photo : S.B.

Radio-Canada

Le Service de police d’Ottawa (SPO) a porté des accusations contre cinq autres personnes en lien avec les débordements survenus après la présentation du match de football universitaire Panda. Au total, des accusations ont été déposées contre huit personnes dans ce dossier.

Les cinq nouvelles personnes accusées sont trois hommes et une femme, tous d’Ottawa, ainsi qu’une personne mineure. Leur âge varie de 17 à 21 ans.

Des accusations de méfait de plus de 5000 $ et de participation à un attroupement illégal ont été déposées contre la personne mineure, âgée de 17 ans, l’un des trois hommes et la femme, qui sont tous deux âgés de 18 ans.

Les deux autres hommes, âgés de 18 et 21 ans, font face à des accusations de méfait de plus de 5000 $ et d'avoir pris part à une émeute.

En vertu du Code criminel (Nouvelle fenêtre), un attroupement illégal est un rassemblement de trois personnes ou plus qui agissent de manière à faire craindre raisonnablement aux personnes autour qu’ils ne troublent la paix tumultueusement. Une émeute est un attroupement illégal qui a commencé à troubler la paix tumultueusement.

Un autre jeune homme, de 19 ans, a fait l’objet d’une déjudiciarisation avant la mise en accusation.

Dans son communiqué de presse, le SPO indique toujours être à la recherche d’informations supplémentaires sur les événements qui ont suivi le match Panda, y compris des images additionnelles.

Des questions sans réponse

Malgré les arrestations, le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, estime que beaucoup de questions demeurent, pour l’instant, sans réponse. Il se questionne notamment sur les conséquences de ce rassemblement pour les résidents du quartier.

Ils étaient pris en otage de 20 h à 2 h. Il y a aussi des enjeux [liés] à la COVID-19 et à des dommages sur les propriétés.

Mathieu Fleury, portant un manteau rouge, en entrevue.

Le conseiller municipal Mathieu Fleury (archives)

Photo : Radio-Canada

Selon Mathieu Fleury, la Ville d’Ottawa aurait donné cinq constats d’infractions à la suite de plaintes de résidents dans la foulée des débordements. Le conseiller croit que la Ville doit être plus sévère et accélérer la cadence des enquêtes entourant cette soirée mouvementée.

Par ailleurs, l’Université d’Ottawa a dit être au courant des nouvelles accusations. L’établissement scolaire maintient que les événements survenus après la victoire des Gee-Gees sont honteux et inacceptables, mais n’a pas voulu commenter davantage.

Avec les informations d’Antoine Trépanier et de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.