•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LinkedIn se retire de la Chine, reflet d’un marché compliqué pour Microsoft

La page d'accueil du site de LinkedIn.

LinkedIn quittera la Chine d'ici la fin de l'année.

Photo : Reuters / David Loh

Agence France-Presse

Le réseau social professionnel LinkedIn quittera la Chine d'ici la fin de l'année en raison d'un « environnement difficile », selon ce qu’a annoncé son propriétaire, la compagnie américaine Microsoft.

Le géant de l'informatique était jusqu'ici l'une des rares entreprises américaines à réussir à opérer un réseau social en Chine en dépit de la censure.

Au nom de la stabilité, Pékin écarte de la toile les sujets politiquement sensibles et les géants du web sont priés de bloquer les contenus indésirables.

Microsoft bien établie en Chine

Le géant de l’informatique Microsoft, qui compte quelque 6200 membres de son personnel en Chine, a fait ses débuts en 1992 sur l'immense marché du pays asiatique.

Le groupe fondé par Bill Gates y possède aujourd'hui son plus grand centre de recherche et développement hors des États-Unis.

Bill Gates, assis sur un divan, regarde la caméra.

Après son départ de Microsoft, en 2008, Bill Gates s’est principalement concentré sur la philanthropie au moyen de la Fondation Bill et Melinda Gates, dont la mission est d’améliorer les soins de santé et de réduire l'extrême pauvreté.

Photo : afp via getty images / JEFF PACHOUD

Son système d'exploitation Windows est utilisé sur l'immense majorité des ordinateurs en Chine, malgré la volonté affichée de Pékin ces dernières années de créer son propre système d'exploitation.

Ce succès a cependant un revers : les nombreuses versions piratées ont longtemps constitué un lourd manque à gagner pour la firme américaine.

L'important marché chinois – très restrictif pour les firmes étrangères – ne représente toutefois qu'une goutte d'eau dans le chiffre d'affaires de Microsoft : à peine 1,8 % du total, selon ce qu'affirmait au début de 2020 son président, Brad Smith.

Une muraille informatique se hisse

Refusant de se plier aux exigences de Pékin, les réseaux sociaux américains Facebook, Twitter, Instagram et YouTube, l'encyclopédie participative Wikipédia et de multiples médias étrangers sont totalement bloqués en Chine par une grande muraille informatique érigée par la censure du régime.

Malgré tout, Microsoft offrait dans le pays son réseau professionnel LinkedIn en se pliant, par le biais d'une coentreprise locale, aux règles draconiennes du pays.

Non sans controverse, le réseau social a notamment été critiqué pour avoir retiré des comptes de dissidents et dissidentes. Une erreur, avait plaidé à l'époque LinkedIn.

En mars, le champion des contacts professionnels avait suspendu la création de nouveaux comptes en Chine le temps, selon lui, de vérifier qu'il était bien conforme à la législation locale.

D’autres piliers pour Microsoft en Chine

Bing, mis au point par Microsoft, est l'un des rares moteurs de recherche étrangers à ne pas être bloqués en Chine. Sa fréquentation reste toutefois confidentielle face à son concurrent local Baidu et, dans une moindre mesure, Sogou.

Il y a quelques années, le site Greatfire.org, qui suit la censure en ligne en Chine, accusait Bing d'expurger les requêtes contenant des informations sensibles pour le pouvoir communiste.

Microsoft a été la première firme étrangère à réinvestir le marché des jeux vidéo en Chine avec sa console Xbox One, en 2014.

En l'an 2000, Pékin avait suspendu la vente de toutes les consoles en raison de leurs présumés effets négatifs sur la santé mentale des jeunes, même si celles-ci continuaient d'être offertes illégalement.

Les autorités de la concurrence chinoises avaient ouvert une enquête antimonopole en 2014 contre Microsoft et son omniprésent système d'exploitation Windows.

Une centaine d'inspecteurs et inspectrices avaient perquisitionné les bureaux du groupe dans quatre villes de Chine, y confisquant des dossiers et y interrogeant des personnes salariées, mais le logiciel est toujours offert et largement utilisé.

Le fondateur de Microsoft a longtemps incarné un modèle de réussite aux yeux de la population chinoise, et ses livres figurent parmi les plus vendus dans le pays asiatique.

Aujourd'hui à la tête de sa Fondation Bill et Melinda Gates, Bill Gates a le prestige d'un chef d'État à Pékin.

L'an dernier, le président Xi Jinping l'avait personnellement remercié pour son soutien dans la lutte contre la pandémie de COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !