•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le phénomène de l’itinérance s’amplifie aux Îles-de-la-Madeleine

Un itinérant, assis par terre dehors.

Si l'itinérance est souvent associée à sa forme chronique, le phénomène se présente également, comme sur l'archipel, de façon transitoire. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Roxanne Langlois

Si le phénomène n'est pas nouveau aux Îles-de-la-Madeleine, l'itinérance transitoire s’est amplifiée au cours de la dernière année, selon le comité qui se penche sur la question. C’est notamment pour sensibiliser les Madelinots à cette réalité qu’aura lieu, vendredi, la Nuit des sans-abri sur l’archipel.

L’événement est organisé par différentes organisations locales réunies autour d’une table consacrée à l’itinérance.

On cherchait des moyens, en fait, de sensibiliser la population à l’existence de l’itinérance sur le territoire, explique Nathalie Bourgeois, organisatrice communautaire pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles.

L'événement se tient dès 16 h vendredi à la Place des gens de mer de Cap-aux-Meules. Les citoyens sont invités à apporter leurs instruments de musique afin d’animer les lieux, où des feux seront allumés. Des boissons chaudes et de la soupe seront servies dans le cadre de l’événement, qui se veut convivial. Des personnes ayant affronté l’itinérance prendront notamment la parole dès 18 h afin de partager leur vécu. L'activité se déroule toute la nuit.

La quinzaine de partenaires qui composent ce comité créé au début de 2021 ont ainsi décidé d'organiser une mouture madelinienne de la Nuit des sans-abri, qui se déroule dans plusieurs villes du Québec. Le comité souhaite rappeler que l’itinérance, souvent associée aux grands centres, n’épargne pas l'archipel.

Des voitures circulent dans une rue du centre-ville de Cap-aux-Meules, le 29 mars 2021.

Cap-aux-Meules, aux Îles-de-la-Madeleine (archives)

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Je dirais que l’itinérance est moins visible sur notre territoire que dans les centres-villes de grandes villes, mais elle est bien présente, mentionne Mme Bourgeois. Elle ajoute que le phénomène se veut surtout transitoire, ce qui signifie que certaines personnes se retrouvent sans domicile fixe durant une période donnée.

Alors qu’une pénurie de logements est constatée aux Îles-de-la-Madeleine, cet enjeu a été encore plus d’actualité au cours des 12 derniers mois.

« On a plus de gens qui se retrouvent dans des situations d’itinérance de façon transitoire. »

— Une citation de  Nathalie Bourgeois, organisatrice communautaire au CISSS des Îles

La représentante du CISSS des Îles souligne qu’il demeure difficile de chiffrer le phénomène sur l’archipel, puisque les données sont en constante évolution.

Mobilisation pour trouver des solutions

Alors que les besoins se font grandissants, le comité madelinot qui se consacre à l’itinérance se mobilise afin que soient optimisés les services dispensés en la matière.

Aux Îles, on a beaucoup de services communautaires qui sont hyper adéquats et qui aident beaucoup dans le milieu. Au niveau de l’itinérance spécifiquement, on pense qu’il devrait y avoir davantage de services organisés, soutient Nathalie Bourgeois.

Nathalie Bourgeois, photographiée à l'extérieur.

Nathalie Bourgeois est organisatrice communautaire pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Îles.

Photo : Gracieuseté de Nathalie Bourgeois.

Le comité recueillera d’ailleurs, lors de la Nuit des sans-abri, les idées et les solutions potentielles proposées par la population.

Mme Bourgeois espère que les participants seront nombreux à se réunir en soutien aux personnes vulnérables et qu’ils profiteront de l’occasion pour partager leur perception de l’itinérance sur l’archipel.

Avec les informations d'Élise Thivierge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !