•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Assouplissements dans les bars et les restaurants : réactions partagées à Trois-Rivières

Des personnes assises à une terrasse de restaurant.

Les bars et les restaurants pourront revenir à leurs heures d’ouverture habituelles avec les assouplissements des mesures sanitaires annoncés par Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

L’enthousiasme des propriétaires de bars et de restaurants de la région est modéré quant aux assouplissements des mesures sanitaires annoncés par Québec, jeudi. À compter du 1er novembre prochain, ils n'auront plus de limite de clients et la distance entre les tables sera réduite à un mètre.

Les heures d’ouverture des établissements seront également allongées. Les bars et les restaurants pourront revenir à leurs heures d’ouverture habituelles, ce qui donne une plus grande latitude aux bars où le visionnement d’événements sportifs est offert.

Les heures de fermeture, c’est intéressant pour nous, si on pense aux Canadiens qui vont jouer dans l’Ouest et participer à des matchs qui sont à 23 h ou à minuit. Même chose pour les galas de boxe, les galas de UFC. C’est sûr que repousser l’heure de fermeture, c’est bien, indique Cédric Bournival, copropriétaire de La cage, brasserie sportive, à Trois-Rivières.

Depuis plusieurs mois, le monde de la restauration est frappé de plein fouet par la pénurie de main-d’oeuvre. Certains restaurants et bars ont déjà atteint leur pleine capacité en raison des mesures sanitaires.

Pour sa part, le gérant-directeur du restaurant Jack Saloon Renaud Boulet indique que les assouplissements sont bienvenus, mais qu’avec la fermeture imminente de sa terrasse, il n’y aura pas de différence à l’intérieur de son établissement. On tourne aux alentours de 75 ou 80 [clients]. On va rester beaucoup dans ces chiffres-là, explique-t-il.

Par ailleurs, dans les règles dictées par Québec, on note la conservation de quelques restrictions, notamment le port du masque exigé au cours des déplacements. Également, la limite de 10 personnes de 3 adresses au maximum par table demeure, et le passeport vaccinal est toujours demandé.

La serveuse à La maison de débauche Delphine Hamel espère que le gouvernement ira encore plus loin dans ses annonces prochainement. C’est des bonnes nouvelles pour nous. On se croise les doigts pour qu’on en vienne au masque prochainement, parce qu’on a travaillé fort tout l’été, puis on est sur la bonne voie.

Certaines réactions sont plus nuancées quant aux assouplissements parce qu’il existe toujours des interdictions jouant en défaveur de certains types de commerces. La danse n’est toujours pas permise ni les clients debout, ce qui a un impact pour la propriétaire du bar Au p’tit pub, Karine Massicotte.

« Bien entendu qu’on va être capable d’avoir quand même un petit peu plus de monde, mais je ne crois pas qu’on va arriver à être rempli au maximum de notre capacité parce que, dans les bars, les permis tiennent compte des gens debout aussi. Donc, à ce moment-là, si on ne peut pas avoir de gens debout, on ne sera pas encore au maximum de notre capacité. »

— Une citation de  Karine Massicotte, propriétaire du bar Au p’tit pub

L’industrie de l’événementiel sonne l’alarme

Des gens du milieu de l’événementiel se disent oubliés par le gouvernement Legault. Les allègements annoncés ne touchent pas encore les entreprises offrant des services d’animation, de musique, de traiteur, qui ont l’habitude de faire affaire avec de grands groupes pour des réceptions.

Les rassemblements de ce type, avec un plus grand nombre de personnes, ne sont pas encore permis par le gouvernement du Québec.

Avec les informations de Magalie Masson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !