•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La 20e édition de la Nuit des sans-abris à Sherbrooke

Des participants à la marche avec des affiches de solidarité pour les sans-abris.

Plus d'une cinquantaine de participants ont pris part à la marche de solidarité de l'évènement.

Photo : Radio-Canada / Christine Bureau

Radio-Canada

Plus d'une cinquantaine de participants se sont donné rendez-vous au marché de la Gare pour la vingtième édition de la Nuit des sans-abris. Cet événement de sensibilisation à la situation d’itinérance, de désaffiliation sociale et de pauvreté qui touche de plus en plus de Québécois et de Québécoises.

Pour le bénévole Stéphane O'Bryan, son implication à l'événement allait de soi. Parce que moi j'ai passé par là. J'ai dormi dans la rue et aujourd'hui je redonne à la ville de Sherbrooke et tout ce qu'ils m'ont donné. Tous les jours, je m'en sors. On prêche par l'exemple donc tout est possible, a laissé savoir M. O'Bryan.

Une marche de solidarité s'est déroulée jusqu'à La Chaudronnée, rue Bowen, dans le cadre de cet événement. En raison des mesures sanitaires, La Nuit des sans-abris était plutôt une soirée entre 17 h et 21 h. La pénurie de main-d'œuvre, qui touche fortement le milieu communautaire a contribué à cette prise de décision.

C’est un événement de sensibilisation. Ce n’est pas un événement où l’on a une liste de revendications. On veut montrer la réalité, explique l’agent de développement à la Table itinérance de Sherbrooke, Gabriel Pallota. L’itinérance est plus complexe que ce que l’on voit au premier regard.

Sherbrooke n'y échappe pas

M. Pallota mentionne que le phénomène de l'itinérance à Sherbrooke est aussi important que dans les autres grandes villes. On a l’impression que l'itinérance est moins présente, mais elle est juste moins visible. Il y a des campements à Sherbrooke, mais ils sont moins visibles, indique-t-il.

Un concours d’abris de fortune a été lancé dans divers organismes comme autre activité de sensibilisation.Ça fait partie de leur réalité de construire des abris pour se protéger des intempéries, notamment près des rivières, mentionne M. Pallota.

Il explique que plusieurs facteurs mènent à l’itinérance. C'est un parcours de vie complexe avec plusieurs facteurs venant affecter une personne qui se trouve dans une situation d’impasse. Événement difficile, problème de santé mentale, désaffiliation sociale, toxicomanie. Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’itinérance, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !