•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des groupes viennent en aide aux sans-abri après une éclosion dans un campement à Sudbury

Le campement du parc Mémorial.

Plusieurs personnes ont trouvé refuge au parc Mémorial cet été à Sudbury, malgré plusieurs évictions en raison d'un règlement interdisant le camping.

Photo : CBC/Jonathan Migneault

Radio-Canada

Des organismes travaillent pour soutenir les gens touchés par une éclosion de COVID-19 au sein d’un campement d’un parc au centre-ville de Sudbury.

Mardi, la santé publique de Sudbury a lancé un avertissement quant à une exposition potentielle au virus au parc Mémorial. Elle avait alors déclaré que trois personnes avaient été infectées.

La coordonnatrice des refuges et des programmes pour les sans-abri de la Ville du Grand Sudbury, Gail Spencer, s’inquiète de cette éclosion.

« On craint que les gens vivant dans ces conditions, qui sont loin d’être idéales, et qui ont potentiellement un système immunitaire plus fragile, soient particulièrement vulnérables [au virus]. »

— Une citation de  Gail Spencer, coordonnatrice des refuges et des programmes pour les sans-abri de la Ville du Grand Sudbury

Gail Spencer soutient que la ville travaille en étroite collaboration avec ses partenaires, comme la santé publique, l’hôpital, les services sociaux et les services de toxicomanie afin de soutenir les personnes en situation d’itinérance - et que ceux-ci sont prêts à réagir à la crise.

Des chambres d’isolation

La Ville du Grand Sudbury a réservé 15 chambres d’hôtel pour ceux ayant besoin de s’isoler s’ils ont la COVID-19, ou s’ils ont été en contact étroit avec quelqu’un ayant contracté le virus, selon Gail Spencer.

Elle dit que le niveau d’utilisation de ces chambres a fluctué tout au long de la pandémie. La coordinatrice explique que certaines personnes y ont séjourné lors d’une éclosion au printemps dernier, mais a autrement qualifié la situation de plutôt calme.

Mais nous sommes maintenant préparés au cas où il y aurait une recrudescence de cas à cause de cette épidémie , ajoute Gail Spencer.

Une femme dans une salle remplie de lits portatifs

Gail Spencer est responsable des refuges et des programmes pour les sans-abri à Sudbury.

Photo : CBC/Angela Gemmill

Trois personnes utilisent actuellement les chambres d'isolement, selon la coordonnatrice.

Elle estime que le respect des exigences en matière d'isolement a été assez bon, même si elle reconnaît que l'auto-isolement n'est pas facile pour tout le monde.

Il peut être difficile pour les gens de rester en isolement, en particulier s’ils ont des problèmes de santé mentale ou de dépendance , dit-elle.

Sur place, les personnes isolées ont accès à de la nourriture et à des médicaments contre la dépendance, en plus de pouvoir compter sur l’appui de médecins et d’intervenants en santé mentale.

Les organismes de soutien aux sans-abri toujours sur le terrain

Ceux ayant campé au parc Mémorial depuis le 27 septembre sont invités à faire un test pour la COVID-19 et à surveiller leurs symptômes. Des ambulanciers paramédicaux ont tenu une séance de dépistage jeudi après-midi sur les lieux.

Le même jour, Santé publique Sudbury et districts a également tenu une clinique de vaccination au parc Mémorial. 27 personnes ont reçu une dose d'un vaccin contre la COVID-19.

La santé publique prévoit aussi tenir une clinique de vaccination mobile - avec l'aide d'un autobus - mercredi prochain.

Evie Ali, la directrice générale du projet Go Give, qui vise à soutenir les personnes vulnérables, affirme que tous les bénévoles de l’organisation ont été testés pour la COVID-19, et que de nombreux clients avec lesquels ils travaillent l'ont été également.

« C'était sans aucun doute un peu troublant en raison de l'ampleur de la population et du nombre de contacts que nous avons eus avec tout le monde »

— Une citation de  Evie Ali, directrice générale du projet Go Give

Comme les membres de son équipe ne présentent pas de symptômes, la directrice générale explique qu’ils continueront à surveiller leurs symptômes et à offrir leurs services, tout en portant un équipement de protection individuelle complet - notamment des écrans faciaux, des blouses et des masques.

Evie Ali accorde une entrevue

Evie Ali dirige le projet Go Give.

Photo : CBC/Sarah MacMillan

Nos services sont nécessaires et nous allons les maintenir aussi longtemps que possible , affirme Evie Ali.

De son côté, la Ville du Grand Sudbury assure que les refuges et autres services d'assistance sont toujours disponibles, et que ces organisations appliquent déjà des mesures de santé et de sécurité strictes pour prévenir la propagation du COVID-19.

Je pense que même si toutes ces mesures sont en place, lorsqu'une éclosion survient, cela ne fait que renforcer la nécessité de faire preuve d'une prudence totale dans nos refuges et nos services aux sans-abri afin de protéger la population que nous servons , conclut Gail Spencer.

Avec les informations de CBC, et Bienvenu Senga

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !