•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs en santé d’Ottawa sont majoritairement vaccinés contre la COVID-19

Le drapeau de l'Hôpital Montfort flotte devant l'établissement.

La grande majorité des 3000 employés de l'Hôpital Montfort ont soumis leur statut vaccinal (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Vendredi est la date limite pour que le personnel de la plupart des hôpitaux d'Ottawa soit complètement vacciné contre la COVID-19. La majorité des infirmières, infirmiers et médecins ont obtenu le vaccin.

En août, le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO), l'Hôpital Montfort, l'Hôpital Queensway Carleton, Bruyère, le Royal et l'Hôpital d'Ottawa ont tous annoncé qu'ils mettraient en œuvre des politiques de vaccination contre la COVID-19 pour toute personne travaillant dans leurs établissements de soins.

La date limite pour être adéquatement vacciné dans la plupart de ces établissements est le 15 octobre, sauf pour l'Hôpital d’Ottawa où la date limite est le 1er novembre.

Même avec une date limite plus tardive, 99,6 % des médecins et des résidents ainsi que 95 % du personnel ont déjà reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19, selon l'administration de cet hôpital.

Alicia Robblee, une infirmière autorisée qui travaille dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital, a déclaré que la majorité de ses collègues de travail soutiennent la politique de vaccination.

Nous avons eu une période très difficile dans mon unité de soins intensifs pendant la troisième vague et nous avons soigné beaucoup de patients ayant contracté la COVID-19 et c'était terrible, se rappelle-t-elle. Donc, tout ce que nous pouvons faire pour empêcher cela est une chose positive à mon avis.

Mme Robblee a reconnu qu'il est aussi possible que ceux qui ne sont pas favorables à la vaccination aient été silencieux à ce sujet parce qu'ils représentent une minorité.

Je sais que c'est un choix difficile pour certaines personnes, mais je pense que pour le bien de notre communauté et pour notre lieu de travail, c'est le bon choix à faire, ajoute l’infirmière.

Deux infirmières de chaque côté d'un lit d'hôpital.

L'infirmière aux soins intensifs Alicia Robblee, à gauche, affirme que la majorité de ses collègues sont en faveur de la vaccination obligatoire contre le COVID-19.

Photo : Gracieuseté : Alicia Robblee

L'Hôpital Queensway Carleton a déclaré en août qu'environ 90 % de son personnel et de ses médecins avaient été complètement vaccinés. L'hôpital doit fournir les chiffres mis à jour vendredi, tout comme le CHEO.

Dans une déclaration à CBC, l'Hôpital Montfort écrit que la grande majorité de ses 3000 employés – dont des médecins, des sages-femmes, des bénévoles, des médecins résidents et des stagiaires – ont soumis leur statut vaccinal.

La porte-parole de l'hôpital, Geneviève Picard, a mentionné qu'un rapport de situation est attendu la semaine prochaine, lorsque toutes les informations auront été compilées.

L'hôpital Bruyère, qui fournit des soins hospitaliers spécialisés et des soins de longue durée, s'affaire toujours à compiler ses données. Ses analyses préliminaires démontrent que plus de 90 % de son personnel est adéquatement vacciné.

Le Royal a déclaré que 97 % de ses 905 membres du personnel à temps plein sont également entièrement vaccinés.

Cette semaine, Québec a prolongé d'un mois la date limite du 15 octobre pour la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, afin de donner aux travailleurs plus de temps pour se faire vacciner.

À l'heure actuelle, 93 % des travailleurs de la santé du Québec sont complètement vaccinés, mais cela laisse encore près de 22 000 travailleurs qui seront menacés de suspension parce qu'ils n'ont reçu qu'une seule dose ou ne sont pas vaccinés.

Taux de vaccination dans de plus petits hôpitaux

À l'extérieur de la ville d'Ottawa, les hôpitaux à plus petite échelle avec la date limite de vaccination du 15 octobre disent également qu'ils sont en bonne posture.

Le Dr Alan Drummond, médecin de famille et urgentologue à l'hôpital du district de Perth et Smiths Falls, a déclaré que les fournisseurs de soins de santé ont une obligation absolue de protéger leurs patients contre la transmission du virus.

Compte tenu de l'ampleur de l'impact de cette pandémie sur le Canada en tant qu'entité nationale, je pense qu'il est de votre devoir en tant que citoyen de vous faire vacciner, a soutenu le Dr Drummond.

En août, lorsque l'hôpital a annoncé sa politique, la présidente-directrice générale par intérim, Nancy Shaw, a déclaré que plus de 90 % du personnel et des médecins étaient déjà complètement vaccinés.

Bien qu'il se trouve dans une communauté avec l'un des taux de vaccination les plus bas de l'Ontario, l'Hôpital communautaire de Cornwall a indiqué que 100 % de ses médecins sont vaccinés, ainsi qu'environ 98 % de son personnel.

Photo des murs extérieurs de l'établissement de soins de santé.

À l'Hôpital communautaire de Cornwall, 100 % des médecins et 98 % du personnel sont vaccinés.

Photo : Facebook @CornwallCommunityHospital

L'hôpital s'attend à ce que 33 membres du personnel soient placés en congé sans solde et risquent de perdre leur emploi.

La présidente et chef de la direction, Jeanette Despatie, a soutenu dans un communiqué qu'il n'y aurait aucune interruption des soins aux patients liée au personnel et que la décision d'annuler les chirurgies programmées non urgentes n'est pas due à la politique de vaccination obligatoire contre le COVID-19.

Des plans d'urgence ont été élaborés des semaines avant la date limite de la politique, ce qui nous permet de combler toutes les lacunes de notre calendrier , précise-t-elle.

Enfin, l'Hôpital Memorial de district de Winchester a déclaré qu'il avait déjà atteint 100 % de vaccination du personnel médical et des bénévoles, et 97 % de ses employés.

Avec les informations de Robyn Miller

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !