•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que faire pour limiter la progression des cas de COVID-19 dans les écoles?

Un enfant qui porte un masque fait ses devoirs avec sa mère.

Des spécialistes font des recommandations pour garder les écoles ouvertes en Ontario.

Photo : Associated Press / Sarah Blake Morgan

Radio-Canada

Les nouvelles infections dans les écoles élémentaires et secondaires représentent environ le tiers des cas actifs de COVID-19 en Ontario. Cette situation n’est pas nécessairement surprenante puisque les enfants de moins de 12 ans ne peuvent toujours pas être vaccinés et que les élèves du secondaire ne le sont pas nécessairement complètement.

Quelque 126 cas ont été rapportés jeudi dans les écoles de l’Ontario, dont 117 parmi les élèves. Au total, il y avait 417 nouvelles infections dans la province.

C’était probablement semblable l’an dernier, mais nous n’avions pas de données, écrit dans un courriel la Dre Anna Banerji, pédiatre et chercheure à l'Université de Toronto. Et cette année, il y a le variant Delta qui est plus contagieux.

Le Dr Hugues Loemba, virologue à l’Hôpital Monfort d’Ottawa, estime que c’est tout de même inquiétant , parce qu’on veut que les élèves continuent d'aller en classe.

Portrait du Dr Loemba lors d'une entrevue Skype.

Le Dr Hugues Loemba, virologue et chercheur à l'Hôpital Montfort

Photo : Radio-Canada

Il croit qu’il faut que plus d’élèves, de membres de leur famille et d’enseignants aient accès aux tests de dépistage rapide pour asymptomatiques.

Il y a 10 jours, le gouvernement ontarien a annoncé que ces tests seraient utilisés dans les écoles des régions où le risque de transmission est élevé.

Vera Etches, en entrevue.

La Dre Vera Etches est médecin hygiéniste en chef de Santé publique Ottawa.

Photo : Radio-Canada

En attente des tests rapides

La région sanitaire d’Ottawa attend toujours des détails de la province sur la façon dont le programme de dépistage en milieu scolaire va fonctionner.

Toutefois, quand il y a une inquiétude concernant une éclosion et que l’école entière nécessite de faire passer un test de dépistage de la COVID-19 dans le but d’enquêter la transmission inter cohorte, des tests de dépistage PCR apportés à la maison se verront disponibles en raison de leur plus haute sensibilité à détecter la COVID-19, précise la Dre Vera Etches, médecin-chef en santé publique d’Ottawa.

Dans la région de Peel, la santé publique attend toujours de recevoir les trousses pour le dépistage. Nous planifions offrir ces tests dans des écoles jugées à haut risque, où il y a eu des cas dans plusieurs classes ou cohortes, explique le médecin hygiéniste local, le Dr Lawrence Loh.

Le bureau de santé publique de Toronto n'a pas partagé ses plans avec Radio-Canada quant aux tests de dépistage rapide dans les écoles.

Le Dr Hugues Loemba croit qu'en plus du port du masque, la ventilation des écoles doit être améliorée.

Anna Banerji en plan rapproché.

La Dre Anna Banerji

Photo : Photo fournie

Anna Banerji note pour sa part que plusieurs recommandations de santé publique comme une meilleure ventilation, l’utilisation de filtres à air plus efficaces et des classes moins nombreuses ne sont pas en vigueur partout.

Je pense que si nous voulons garder les écoles ouvertes, la vaccination devrait être obligatoire pour tous, dans les écoles, affirme la Dre Banerji. Et ceux qui ne veulent pas être vaccinés devraient apprendre et enseigner en ligne.

Le Dr Loemba est lui aussi en faveur de la vaccination obligatoire des élèves de 12 ans et plus et du personnel scolaire.

Avec des renseignements fournis par Michel Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !