•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cimetière de l’argent comptant : où finissent nos billets?

Vue de l'intérieur d'une caisse enregistreuse, remplie de billets et de pièces de monnaie.

Malgré le déclin de l'argent liquide, la valeur des billets en circulation a grimpé durant la pandémie, selon la Banque du Canada.

Photo : Robert Short

Malgré l’abandon massif de l’argent comptant au profit des paiements numériques, la valeur des billets en circulation a grimpé durant la pandémie, selon la Banque du Canada.

Qu’est-ce qui explique ce phénomène? Où aboutit l’argent liquide en fin de vie? Et allons-nous un jour en arriver à un Canada qui n’utilise plus sa devise physique? La banque centrale nous a fourni des réponses à toutes ces questions.

1. Comme l’argent comptant est moins utilisé par les Canadiens, est-ce qu’on retire plus de billets de la circulation qu’avant?

Selon la dernière enquête de la banque centrale, la valeur des billets de banque en circulation a augmenté de façon importante pendant la pandémie, particulièrement au cours des premiers mois. La valeur est passée de 83 milliards de dollars en mars 2020 à plus de 100 milliards à la fin de l’année.

Ce sont les grosses coupures — soit les billets de 50 $ et de 100 $ — qui ont contribué le plus à cette augmentation. Selon les chercheurs de la Banque du Canada, la hausse pourrait être due notamment à une utilisation de ces billets comme réserve de valeur.

La demande pour les billets en petites coupures cependant a reculé, vu que les transactions réglées avec de l’argent liquide ont diminué durant la crise sanitaire.

Une main qui tient une pile de billets de 100, 50 et 20 dollars canadiens.

L'ajout de grosses coupures a contribué à la hausse de la valeur des billets en circulation au Canada, durant la crise sanitaire, malgré le déclin de l'argent comptant comme méthode de paiement.

Photo : Shutterstock/Stefan Malloch

2. Qu'est-ce qui guide les décisions de la Banque du Canada de retirer des billets de la circulation — ou d'en ajouter?

Les institutions financières passent des commandes de billets auprès de la banque centrale en fonction de la demande de leurs clients. Il revient ensuite à la Banque du Canada d’exécuter ces commandes.

Les institutions financières lui renvoient aussi leurs billets excédentaires ainsi que les coupures trop usées, sales ou endommagées pour être remises en circulation.

La banque centrale vérifie l'état de ces billets à l'aide de machines ultrarapides de traitement, puis détruit ceux qui sont jugés impropres à la circulation.

Une vue des tours des grandes banques canadiennes dans le quartier financier à Toronto.

Les grandes banques canadiennes passent leurs commandes de billets auprès de la Banque du Canada en fonction de la demande de leurs clients.

Photo : Radio-Canada / Marc Godbout

3. Concrètement, comment ça se fait retirer des billets de la circulation? L’argent est-il brûlé? Déchiqueté? Entreposé?

Dès que les billets en polymère sont jugés impropres à la circulation — que ce soit parce qu'ils sont sales, déchirés, mutilés ou usés — la Banque du Canada les déchiquette puis les envoie à une entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de produits faits de plastique entièrement recyclé.

Cette société mélange les billets déchiquetés à d'autres déchets plastiques pour en produire un matériau et lui redonner une seconde vie.

Les anciens billets en papier de coton sont automatiquement classés comme impropres à la circulation et déchiquetés par la banque centrale. Une fois déchiquetés, les billets sont acheminés vers un site d'enfouissement sécurisé.

Un billet de 20 dollars endommagé.

Les billets en polymère endommagés sont déchiquetés et mélangés à d'autres déchets plastiques pour ensuite être recyclés.

Photo : Martin Gregory

4. Les Canadiens prisent de plus en plus les méthodes de paiement sans contact. Envisagez-vous un jour d'éliminer complètement l’argent en espèces?

Quatre Canadiens sur cinq ont déclaré ne pas avoir l’intention de cesser d’utiliser l’argent comptant au cours des cinq prochaines années, selon une enquête réalisée par la Banque du Canada en novembre 2020.

La proportion des transactions réglées en argent comptant a reculé entre novembre 2017 et novembre 2020, à la fois en volume et en valeur, au profit des méthodes de paiement sans contact. Toutefois, l’argent comptant était utilisé dans 40 % des achats de moins de 15 $.

Selon l’enquête, les personnes plus âgées, moins instruites et à faible revenu utilisent davantage l’argent liquide que le reste des Canadiens. La Banque du Canada continuera de fournir des billets de banque et des pièces de monnaie jusqu’à nouvel ordre, comme ils servent encore à régler environ une transaction de détail sur cinq au pays.

La Banque du Canada, vu à travers l'appui-bras d'un banc public.

La Banque du Canada s'engage à continuer de fournir des billets de banque « dans un avenir prévisible » puisqu'il existe toujours une demande.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

5. Est-ce toujours possible de se faire rembourser de vieux billets?

Même s’ils n’ont plus cours légal, les billets canadiens de 1 $, 2 $, 25 $, 500 $ et 1000 $ conservent leur valeur nominale. Vous pouvez les apporter à votre institution financière ou les envoyer à la Banque du Canada pour vous les faire rembourser.

Mais attention : certains billets rares — comme ceux de 25 $ et de 500 $ — peuvent valoir beaucoup plus aux yeux des collectionneurs que le chiffre indiqué dessus.

Un billet commémoratif de 25 dollars de la Banque du Canada, imprimé le 6 mai 1935.

Un billet commémoratif de 25 dollars de la Banque du Canada, imprimé le 6 mai 1935.

Photo : Banque du Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !