•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel outil pour permettre d’explorer diverses professions au Centre-du-Québec

Caroline Dion devant une affiche qui indique « Grand déclic ».

Caroline Dion, la directrice générale de la Table régionale de l'éducation du Centre-du-Québec, a participé au dévoilement du Grand déclic jeudi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

La rareté de la main-d'œuvre continue de frapper l'économie de plein fouet. Pour faire face à ce problème, le milieu de l'éducation et celui des affaires unissent leurs forces dans le Centre-du-Québec. Baptisée le Grand déclic, leur initiative a pour but de permettre au public d'explorer diverses professions.

La Table régionale de l’éducation du Centre-du-Québec (TRECQ), qui regroupe les trois centres de services scolaires du territoire, a lancé le projet avec plusieurs partenaires. Leur objectif est de permettre aux jeunes et aux adultes en réflexion d'explorer diverses professions. Les employeurs, de leur côté, sont encouragés à valoriser leurs emplois et à promouvoir leur milieu de travail.

Un site web, des capsules vidéo, du mentorat et des journées d'exploration en entreprise figurent parmi les actions qui seront déployées pour ce projet.

« Avec le Grand déclic, nous voulons bâtir une offre plus large d’exploration et d’outils adaptés pour tracer un trait d’union entre les jeunes et les adultes en réflexion quant à leur choix de carrière et les employeurs. »

— Une citation de  Alain Desruisseaux, président de la Table régionale de l’éducation du Centre-du-Québec

Ce qu’on va mettre en place pour y parvenir, c’est d’abord une plateforme qui va réseauter tout ce monde-là. Elle va offrir aussi de l’information et des outils, comme des capsules web tournées dans la région, pour permettre aux jeunes d’avoir accès à des initiatives qui vont permettre de connaître des emplois inconnus, et même des milieux de travail, explique quant à elle Caroline Dion, la directrice générale de la Table.

Une initiative saluée par les entreprises

L’initiative a été saluée jeudi matin par le ministre responsable de la région, André Lamontagne. Selon lui, le projet pourrait faire naître des vocations.

« À un moment donné, tu te ramasses à une place dans ta vie, tu rencontres quelqu’un, tu entends quelque chose, tu vois une profession, et pouf, ça allume et tu es reparti pour des années.  »

— Une citation de  André Lamontagne, ministre responsable de la région du Centre-du-Québec

Richard Voyer, le patron de l’entreprise Soprema, dont le siège social nord-américain est situé à Drummondville, a aussi applaudi le Grand déclic.

À 15 ans, 16 ans, ce n’est pas possible de savoir ce que tu veux faire dans ta vie. Ce n’est pas possible, tu es trop jeune. D’avoir cette opportunité-là, d'ouvrir nos entreprises, peu importe la taille, c’est une solution qui est vraiment géniale. On doit faire ça, c’est un peu notre responsabilité et notre façon d’attirer les gens, croit-il.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !