•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Angela Cassie devient présidente de la Société de la francophonie manitobaine

Angela Cassie, vêtue d'un veston texturé, regarde l'appareil photo en souriant.

Angela Cassie travaille comme vice-présidente à la transformation stratégique et à l’inclusion du Musée des beaux-arts du Canada situé à Ottawa, depuis Winnipeg.

Photo : Avec la gracieuseté du MBAC

Angela Cassie a été élue sans opposition à la présidence de la Société de la francophonie manitobaine (SFM) jeudi soir. L’ancienne vice-présidente de l’organisme remplace le président sortant, Christian Monnin.

Mme Cassie a été élue lors de l'assemblée générale annuelle virtuelle de la SFM. En entrevue avec Radio-Canada peu après son élection, elle a fait valoir l’importance de sensibiliser les élus provinciaux aux droits linguistiques.

S’il existe une relation de travail positive avec la ministre des Affaires francophones, Rochelle Squires, il existe toujours à l’échelle du gouvernement un manque d’appréciation et de compréhension des droits linguistiques, selon Mme Cassie.

Les lacunes soulignées par la pandémie démontrent encore une fois qu’on est obligés de demander que nos droits soient respectés, que les services soient offerts, et trop souvent on est consultés après que les décisions aient été prises, poursuit-elle.

Réduire les différences entre les francophones en milieu urbain et en région

La nouvelle présidente de la SFM indique qu’elle aimerait aussi se pencher sur la disparité entre les francophones en milieu urbain et ceux en milieu rural.

On reconnaît l’importance des communautés francophones au rural, mais est-ce qu’on a assez fait pour faire en sorte qu’il y ait des services là? Alors ceci est une priorité, mentionne-t-elle.

Angela Cassie met aussi l’accent sur l’engagement de la SFM envers la diversité, qu’il s’agisse d’antiracisme ou encore de réconciliation, notamment en ce qui concerne la population métisse. Elle voudrait aller des principes d’inclusivité à l’intégration réelle.

En ce qui concerne la politique fédérale, le dossier de la modernisation de la Loi sur les langues officielles (LLO) est prioritaire.

Mme Cassie travaille comme vice-présidente à la transformation stratégique et à l’inclusion du Musée des beaux-arts du Canada situé à Ottawa, depuis Winnipeg. Elle remercie ses parents de lui avoir inculqué l’amour du français et du bénévolat.

Le président sortant, Christian Monnin, a salué sa complicité avec Angela Cassie, lors de l’AGA. La SFM est sans doute en de très bonnes mains, a-t-il déclaré.

Le progrès n’est pas linéaire : Christian Monnin

Dans son dernier rapport comme président, M. Monnin a offert un bref retour sur ses quatre ans à la tête de l’organisme. Il était la première personne à occuper ce poste après la refonte de la structure du conseil d’administration de la SFM, approuvée en 2017.

Comme président, il a aussi siégé au Conseil consultatif des affaires francophones de la province. Dans ce rôle, il a pu observer la progression de la mise en vigueur de la Loi sur l’appui à l’épanouissement de la francophonie manitobaine.

S’il applaudit l’adoption de plans sur les services en français dans divers organes gouvernementaux, Christian Monnin a aussi offert un avertissement. Il est important de souligner que le progrès n’est pas linéaire, a-t-il lancé.

M. Monnin a fourni deux exemples de mesures prises par la province allant à l’encontre des intérêts de la francophonie : l’abolition du poste de sous-ministre adjoint responsable du Bureau de l'éducation française (BEF) et la fermeture de centres agricoles en milieu rural, dans des régions bilingues.

Dans les deux cas, il est clair que malgré les plans de services en français, le gouvernement provincial doit être sensibilisé davantage à la nécessité d’utiliser une lentille francophone dans l’évaluation de programmes et de services et d’intégrer la consultation avec la communauté francophone dans le processus de prise de décision, a expliqué M. Monnin.

Il a aussi souligné des lacunes systématiques dans la prestation de services en français mis en lumière par la pandémie, dont la dépriorisation de services comme Info Santé et le retard dans la publication d’ordonnances sanitaires en français.

Trop souvent les services français sont relégués au second plan ou simplement oubliés, a déclaré Christian Monnin.

Celui qui est maintenant l’ancien président de la SFM a aussi souligné certaines réussites de la francophonie, dont le consensus parmi les partis fédéraux sur le besoin de moderniser la Loi sur les langues officielles et l’entente avec Manitoba Possible pour acquérir le 219 boulevard Provencher.

Par ailleurs, il a noté que la francophonie manitobaine est toujours plus ouverte et empathique, en ajoutant qu’elle pouvait faire davantage pour appuyer des communautés marginalisées.

Les autres membres du nouveau CA de la SFM

Le poste de vice-président est désormais vacant, et selon son règlement, le CA de la SFM peut y nommer une personne qui restera en poste jusqu’à la prochaine assemblée générale annuelle de l’organisme.

Gilles Pelletier et Leanne Sookhoo ont aussi été élus sans concurrence à deux postes d’administrateurs.

Quant aux membres du conseil d'administration nommés par les trois grosses institutions membres : Stéphane Dorge représente le Réseau compassion (anciennement Corporation catholique de la santé du Manitoba); Bernard Lesage, la Commission scolaire franco-manitobaine, et Richard Fréchette, l’Université de Saint-Boniface.

Les membres représentant des secteurs précis :

  • Culture : Alphonse Lawson
  • Économie et finances : Serge Balcaen
  • Éducation : Monique Guénette
  • Juridique : Tarik Daoudi
  • Milieu rural et municipalités : Armand Poirier
  • Patrimoine : Philippe Mailhot
  • Santé et services sociaux : Nicole Cazemayor
  • Sports : Joël Martine

Les membres représentants des organismes qui desservent des clientèles spécifiques sont :

  • Les aînés : Nicholas Douklias
  • Les femmes : Janelle Lapointe
  • Les francophiles : Michael Hudon
  • Les jeunes : Jean-Pierre Normandeau
  • Les Métis : Robert Gendron
  • La petite enfance : Andrée Rémillard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !