•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux tarifs au Théâtre du Cercle Molière pour favoriser l’accès à la culture

Les spectateurs sont de retour dans les sièges du Théâtre du Cercle Molière après plusieurs mois d’attente pour assister à la pièce L’article 23 et sa suite.

Théâtre Cercle Molière.

Le Théâtre du Cercle Molière offre maintenant une tarification équitable alors qu'un billet coûte jusqu'à 40 $.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Pour acheter les billets afin d'assister aux spectacles, une nouvelle grille tarifaire prend désormais en compte les moyens financiers des spectateurs. Le Théâtre du Cercle Molière veut ainsi rendre plus accessibles les arts de la scène.

La directrice artistique et générale du Théâtre du Cercle Molière, Geneviève Pelletier, indique que la pandémie a été un temps de réflexion et de débat dans la communauté artistique. Des questions pour déterminer à qui appartient l’art, qui a droit d’aller au théâtre ou encore des questions sur la représentativité de la diversité démographique et économique sur scène ont ressurgi.

C’est ainsi que le concept de billetterie équitable a germé, note Mme Pelletier. Elle dit que plusieurs strates de la société ont subi des contrecoups économiques dans les 18 derniers mois.

C’est un acte plutôt empathique dans la volonté de faire en sorte que l’art appartienne à tous. C’est là où on peut débattre des grands sujets de l’actualité de société et donc [l’importance] que toutes les démographies économiques puissent participer à cet acte-là, lance Geneviève Pelletier.

Cette nouvelle tarification sociale se décline en quatre catégories : théâtre pour tous, billet économie, billet régulier et billet de soutien. Les prix varient de 0 $ à 40 $. Le spectateur achète son billet selon sa situation économique. Un mode d'emploi est accessible sur le site Internet du Théâtre du Cercle Molière (Nouvelle fenêtre).

La direction du Théâtre du Cercle Molière se fie sur l’honnêteté des gens, alors qu’il s’agit d’un système tarifaire basé sur la confiance et sur le respect d’autrui, indique Geneviève Pelletier, lorsqu'on l'a questionnée sur le fait que des gens pourraient tricher.

On aime les utopies et on veut les propager, c’est là où on va pouvoir avancer en tant qu’humanité. Ce n’est pas à moi de vivre avec ça, c’est les gens qui [feront de la tricherie]. Mais j’ai l’impression que ça va être un phénomène minoritaire.

Geneviève Pelletier.

Geneviève Pelletier, directrice artistique et générale du Théâtre du Cercle Molière

Photo : Radio-Canada / Julienne Rwagasore

Mme Pelletier indique que la majorité des billets achetés jusqu’à maintenant pour les représentations de la pièce L’article 23 et sa suite sont des billets réguliers ou de soutien, une situation similaire à ce qui se faisait auparavant.

En même temps, on est capable de peut-être envisager qu’on attirera de nouveaux visages, de nouvelles personnes qui n’auraient jamais mis les pieds chez nous avant.

Selon Geneviève Pelletier, peu de théâtres au Canada offrent une tarification équitable. Son théâtre s'est inspiré de théâtres en France et en Angleterre dans la mise sur pied de sa grille tarifaire.

Elle souligne que le Théâtre du Nouvel-Ontario à Sudbury compte mettre en place sa propre billetterie équitable, inspirée du modèle du Théâtre du Cercle Molière.

Sous-titrage simultané tous les soirs

Dans le souci de rendre le théâtre plus accessible, le Théâtre du Cercle Molière offre aussi tous les soirs ses pièces de théâtre sous-titrées au moyen d’une tablette électronique à ceux qui le souhaitent.

Une nouveauté qui réjouit Geneviève Pelletier.

Dans le passé, on l’offrait deux à trois fois par semaine. Cette année on l’offre à tous les soirs dans la notion de l’accessibilité et de l’équité et de vouloir offrir à tous les publics un accès égal à l’expérience de théâtre au Théâtre du Cercle Molière.

La pièce L’article 23 et sa suite est à l’affiche jusqu’au 23 octobre au Théâtre du Cercle Molière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !