•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plan de relance de Smooth Rock Falls attire de nouveaux résidents

La tour d'eau de Smooth Rock Falls se dresse dans un paysage verdoyant.

La Ville est parvenue à attirer de nouvelles familles et à inciter d'anciens résidents à revenir y vivre.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Radio-Canada

Des douzaines de familles ont accepté l’offre d’une petite ville mono-industrielle du Nord de l’Ontario qui voulait retomber sur ses pieds après la perte du principal employeur, une usine de pâte à papier, en 2006.

En 2017, Smooth Rock Falls a lancé une campagne pour attirer de nouveaux résidents. Des terrains vacants étaient offerts aussi peu que 500 $. Cette initiative a contribué à remonter le moral, dans la municipalité.

Nous étions désespérés, explique le directeur administratif de la Ville, Luc Denault, qui raconte que la campagne a provoqué un changement d’attitude. Nous avons constaté que les choses ont changé; ça fait du bien. Et ça continue.

Il confirme à Radio-Canada que les terrains résidentiels mis en vente par la ville n'ont pas trouvé preneurs, contrairement aux terrains commerciaux.

Toutefois, le directeur administratif soutient que la campagne de promotion a attiré des personnes dans la région qui ont finalement mis la main sur des maisons déjà sur le marché.

La municipalité évalue qu'une soixantaine de nouvelles familles se sont installées à Smooth Rock Falls depuis le lancement du programme.

Un homme devant une affiche d'un terrain à vendre.

L'administrateur en chef de Smooth Rock Falls, Luc Denault, sur un terrain résidentiel à vendre, tout près du club de golf de la communauté.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

La population de la municipalité ontarienne est passée de 1830 en 2001, à 1330 en 2016, selon Statistique Canada. Smooth Rock Falls n’a pas de chiffres officiels plus récents, mais constate qu’il y a plus d'activité en ville.

Les nouveaux résidents arrivent d’un peu partout : de la région de Toronto et du Sud de l’Ontario, mais également d’aussi loin que Terre-Neuve.

Il y a même d’anciens résidents qui reviennent, attirés par les progrès accomplis, raconte M. Denault.

De nouvelles entreprises ouvrent aussi leurs portes, souligne-t-il. Il y a de nouveaux restaurants, une entreprise du secteur des technologies de l’information et un atelier d’entretien de moteurs diesel.

Le marché immobilier connaît aussi une relance. Le prix moyen demandé est passé d’un peu plus de 56 000 $ en 2017 à 137 000 $ cette année, une hausse de 144 %.

Les maisons se vendent aussi beaucoup plus rapidement – parfois en quelques jours. Quand j’ai commencé, il y a 10 ans, on démolissait des édifices, raconte Luc Denault. Maintenant, les propriétés se vendent et les gens emménagent très très rapidement.

Il reste toujours des terrains à vendre à des prix attrayants. Ceux qui remportent l’appel d’offres reçoivent un remboursement de 90 % du prix d’achat s’ils y construisent une maison en deux ans.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !