•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination dans le réseau de la santé : comment sensibiliser les travailleurs?

Des infirmières marchent de dos dans le corridor d'un hôpital.

Des intervenants estriens se demandent comment convaincre les travailleurs de la santé de se faire vacciner. (archives)

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Maintenant que la date butoir pour la vaccination obligatoire dans le réseau de la santé québécois a été repoussée, comment convaincre les travailleurs de se faire vacciner d’ici le 15 novembre? C’est la question que se posent de nombreux intervenants estriens. 

Au Québec, plus de 22 000 travailleurs de la santé ne sont pas adéquatement vaccinés. En Estrie, ils sont 1400, dont 1000 n'ont reçu aucune dose.

Le directeur de la santé publique de l'Estrie, le Dr Alain Poirier, estime qu’il faudra déployer beaucoup d'efforts de sensibilisation dans les prochaines semaines.

Le Dr Poirier a notamment l'intention de continuer à offrir des rencontres d'informations afin de répondre aux questions du personnel.

« Tout le monde peut changer d’idée. Très honnêtement, je pense qu’on a les arguments pour se faire vacciner, c’est mieux, vraiment. [...] Ceux [les travailleurs] qui restent, c’est des irréductibles Gaulois. Est-ce qu’ils ont eu l’occasion de poser leurs questions et d’avoir des réponses? »

— Une citation de  Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Il y a des gens qui me disent "on va attendre le vaccin québécois". Le vaccin québécois ne sera pas meilleur. Il a été plus long, plus lent [à développer]. Il y a eu des milliards de gens qui ont reçu actuellement les principaux vaccins autorisés, et ça a été testé sur des dizaines et des dizaines de milliers de gens avant que les gouvernements les autorisent, martèle-t-il. 

Le casse-tête des horaires

Les horaires des prochaines semaines représentent aussi un casse-tête pour les établissements de santé.

Tous les travailleurs qui avaient été retirés de leurs quarts à partir du 15 octobre parce qu'ils n'étaient pas adéquatement vaccinés sont en effet rappelés au boulot jusqu'au 15 novembre, explique Sophie Séguin, présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l'Est. 

« La direction des ressources humaines nous a dit qu’ils étaient pour rappeler les gens au travail. Téléphone, lettre, courriel, tous les moyens étaient sur la table pour rejoindre les gens non vaccinés pour leur dire qu’ils étaient requis au travail le 15 octobre. »

— Une citation de  Sophie Séguin, présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l'Est

Ce qu’on nous a dit, c’est que malgré les ajustements et le délestage qui ont été faits, rien ne changerait pour l’instant. [...] On attend les gens au travail selon leur horaire habituel, précise-t-elle. 

Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a d'ailleurs convoqué les médias à une conférence de presse vendredi matin afin de dresser le portrait de la situation. 

Avec les informations de Brigitte Marcoux 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !