•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Nouvelles restrictions pour le nord de la Colombie-Britannique

La médecin hygiéniste en chef, la Dre Bonnie Henry, s'exprime en conférence de presse et en arrière-plan, le ministre de la Santé, Adrian Dix.

La Dre Bonnie Henry espère que les résidents du nord ne chercheront pas à contourner les nouvelles restrictions. (Archives)

Photo : CBC/Mike McArthur

De nouvelles restrictions pour la région qui relève de la Régie de la santé du Nord (Nouvelle fenêtre) de la Colombie-Britannique ont été annoncées jeudi par le ministre de la Santé Adrian Dix et la Dre Bonnie Henry. Elles entrent en vigueur jeudi soir à minuit et resteront en place jusqu’au 19 novembre.

À partir de jeudi minuit, les regroupements en intérieur et en extérieur devront se faire entre personnes complètement vaccinées, cinq maximum en intérieur, 25 maximum dehors. Ceux qui ont des personnes non vaccinées dans leur maison devront socialiser uniquement avec les membres de leur foyer.

Les événements tels que les mariages devront respecter un protocole COVID en place, avec des invités masqués et la détention d'un passeport vaccinal. Les services de culte devront avoir lieu, eux, virtuellement.

Certaines zones qui ont un fort taux de vaccination sont néanmoins exemptes de ces nouvelles restrictions. Il s’agit de Terrace, Kitimat, Haida Gwaii, Prince Rupert, Stikine, Telegraph, Snow Country et les zones Nisga’a.

« Ces mesures visent à arrêter la transmission du virus et à sauver des vies. Nous parlons de nos enfants qui sont encore trop jeunes pour être protégés et de personnes dont le système immunitaire est compromis. »

— Une citation de  Dre Bonnie Henry, médecin-hygiéniste en chef de la C.-B.

L’alcool sera aussi désormais servi jusqu'à 22 h maximum dans les restaurants. Les établissements comme les bars et discothèques devront fermer leurs portes, sauf s’ils servent des repas.

La Dre Bonnie Henry recommande fortement aux habitants du nord de rester dans leurs communautés pour éviter la propagation du virus et de ne pas tenter de contourner ou bafouer ces nouvelles restrictions.

Une situation critique

La province a annoncé jeudi que 58 personnes hospitalisées ont été transférées du nord vers d’autres régions, principalement l'île de Vancouver, mais aussi la région de Vancouver. Tous sont très malades, a spécifié Adrian Dix.

Parmi elles, 45 personnes sont atteintes de la COVID-19. D’autres patients qui n’ont pas pu être pris en charge près de chez eux, étant donné la pression sur les hôpitaux, ont dû être transférés.

Une situation frustrante pour les professionnels de santé et qui a un impact sur les personnes qui ont besoin d'un traitement contre le cancer ou qui ont des crises cardiaques, a dit Bonnie Henry.

« Nous devons demander aux gens du nord de faire plus. »

— Une citation de  Adrian Dix, ministre de la Santé de la C.-B.

Interrogé sur la possibilité d’un recours à l’armée pour aider les hôpitaux du nord, Adrian Dix a répondu : Ce n'est pas l'armée dont nous avons besoin, ce dont nous avons besoin c'est la vaccination.

Jeudi, une personne dans la vingtaine est décédée de la COVID-19 dans la région. La Dre Bonnie Henry a spécifié que des jeunes non vaccinés dans la vingtaine, trentaine et quarantaine finissent en soins intensifs.

« Le variant Delta est beaucoup plus transmissible, il se propage plus rapidement avec une faible exposition. »

— Une citation de  Dre Bonnie Henry, médecin-hygiéniste en chef de la C.-B.

Selon le ministre de la Santé, la situation est un énorme défi non seulement pour le nord, mais pour toute la Colombie-Britannique.

Si le ministre a réitéré que la solidarité avec le nord va de soi, nous ferons ce qu'il faut chaque jour pour soutenir le nord a-t-il dit, il a néanmoins expliqué que cela ne signifie pas que ces transferts sont acceptables.

Le ministre et la médecin-hygiéniste en chef ont à nouveau appelé les résidents du nord à se faire vacciner pour freiner la transmission.

Nous avons un moyen de traverser cette tempête a déclaré Adrian Dix, en parlant de la vaccination.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !