•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le transport maritime sur le Saguenay générerait des retombées annuelles de 2,7 G$

Trois hommes assis discutent sur une scène avec une femme debout.

Le panel de discussion a été organisé par la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord.

Photo : Sophie Lavoie, gracieuseté de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord

Selon une étude réalisée par la firme Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), le transport maritime sur la rivière Saguenay permet aux industries qui en dépendent de générer des retombées économiques évaluées à plus de 2,7 milliards de dollars par année et assure le maintien de plus de 7000 emplois.

Ainsi, les activités liées à la présence de la multinationale de l'aluminium, Rio Tinto, produisent une valeur ajoutée de 2,62 G$, les activités liées aux autres industries, via le Port de Saguenay, contribuent pour 54 M$ et, finalement, le quai de croisière de La Baie additionne 4,4 M$ annuellement. Quant aux dépenses des croisiéristes, elles avaient été estimées en 2019 à 7,9 M$.

Le rapport évalue aussi à 900 M$ la valeur des marchandises et produits transbordés par navires chaque année sur le Saguenay.

Cette étude a été dévoilée dans le cadre d'une activité organisée par la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord. L'édition de jeudi des Rendez-vous économiques portait sur la voie maritime du Saguenay.

Au coeur d'un débat

Les estimations de l'étude s'inscrivent dans un débat qui a cours depuis quelques années dans la région, alors que plusieurs projets ont proposé d'augmenter le trafic maritime sur la rivière Saguenay, comme notamment Métaux BlackRock ou encore GNL Québec.

Le ton a d'ailleurs monté d'un cran lorsqu'un avis de Pêches et Océans Canada sur le projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel recommandait de ne pas augmenter le nombre de navires pour ne pas nuire à la population de bélugas du Saint-Laurent qui fréquente aussi le Saguenay et qui est toujours en déclin. Il faut savoir toutefois que la commande avait été passée auprès de RCGT avant l'avis du ministère fédéral.

500 M$ en investissements prévus

L'étude chiffre également les dépenses en immobilisations prévues au cours des prochaines années. Elles s'élèvent à 321 M$ pour le Port de Saguenay et à 185 M$ pour Rio Tinto.

Rappelons qu'un peu avant la campagne fédérale, Québec et Ottawa avaient annoncé une contribution totale de 66 M$ pour la construction d'un convoyeur au port de Grande-Anse.

Le port du Rio Tinto à La Baie.

Les installations portuaires de Rio Tinto à La Baie

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Des travaux sont aussi d'ailleurs en cours en ce moment aux installations portuaires de La Baie pour un montant de 105 M$. Ils avaient été annoncés en février dernier.

Dans toutes les étapes de notre histoire, le fjord du Saguenay et sa voie navigable ont été au coeur de notre développement. Depuis près de 100 ans, les Installations portuaires alimentent en matières premières de qualité nos installations régionales pour produire de l’aluminium à faible teneur en carbone au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a fait savoir, par communiqué, Martin Lavoie, Directeur de l’Usine Vaudreuil, des Installations portuaires et des Services ferroviaires pour Rio Tinto. L'entreprise achemine par bateau la bauxite nécessaire à la fabrication de l'aluminium.

La multinationale a d'ailleurs déjà fait part de ses inquiétudes au gouvernement du Québec quant à un éventuel contrôle du nombre de navires sur la rivière Saguenay. C'est ce qui est mentionné dans un mandat de lobbying de l'entreprise enregistré en avril 2020 sur le site Internet du Registre des lobbyistes du Québec.

Dans le cadre de discussions qui avaient lieu quant à un éventuel classement en tant qu'aire protégée, Rio Tinto voulait en discuter avec Québec afin que ne soit pas restreint le transport maritime sur la rivière Saguenay dont les opérations de RTA dépendent. La portion visée du Saguenay avait finalement été retirée du projet du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

Promotion Saguenay se réjouit

Le directeur général de Promotion Saguenay a également participé au panel de discussions lors de l'événement. Cette étude nous confirme l’importance de la voie maritime pour le développement économique et touristique de notre région. La vitalité de nos activités maritimes est essentielle à la diversification de Saguenay et sa transition vers des économies d’avenir, a ajouté Patrick Bérubé.

Le président-directeur général du Port de Saguenay, Carl Laberge, complétait le trio d'invités. L’étude dévoilée aujourd’hui démontre avec éloquence que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est véritablement une région maritime dont l’économie est étroitement liée à la navigation et aussi comment cette filière est cruciale pour son développement et sa diversification, a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !