•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Territoires du Nord-Ouest adoptent le passeport vaccinal facultatif

La Dre Kami Kandola photographiée dans un couloir.

La médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest, Kami Kandola, en a fait l'annonce lors d'un point de presse virtuel en compagnie de la première ministre, Caroline Cochrane, et de la ministre de la Santé, Julie Green.

Photo : Radio-Canada / Kate Kyle (CBC)

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest annonce un programme facultatif de passeport vaccinal pour permettre aux commerces jugés non essentiels d'alléger les restrictions sanitaires auxquelles ils doivent se soumettre.

Le programme annoncé par la médecin hygiéniste en chef du territoire, Kami Kandola, lors d’un point de presse en compagnie de la première ministre, Caroline Cochrane, et de la ministre de la Santé, Julie Green, permettra aux commerces qui le désirent d’augmenter leur capacité d’accueil.

Pour ce faire, ils devront déposer une demande auprès du gouvernement et s’engager à vérifier systématiquement la preuve de vaccination à code QR de leurs clients.

À l’instar de l’Alberta, les commerces qui ne souhaitent pas exiger de preuve vaccinale de leurs clients devront se plier aux restrictions en vigueur, soit un maximum de 25 personnes pour les rassemblements intérieurs et de 50 personnes pour les rassemblements extérieurs.

Les détails du programme de passeport vaccinal facultatif et le portail d’enregistrement destiné aux entreprises seront rendus publics la semaine prochaine.

La mesure entrera en vigueur à 17 h le vendredi 22 octobre, soit à l’expiration des arrêtés de santé publique plus restrictifs imposés en vue d’endiguer les éclosions qui frappent Yellowknife et Behchokǫ̀.

Endiguer les éclosions avant tout

Avant de mettre en œuvre ce passeport, il faut toutefois que les progrès réalisés dans les communautés touchées par des éclosions se poursuivent, précise toutefois la Dre Kandola.

Le nombre de cas a atteint un sommet à Yellowknife et à Behchokǫ̀. Nous constatons une tendance à la baisse, note-t-elle.

Elle ajoute toutefois que cette tendance doit se poursuivre afin d’atteindre un risque minimal, sans quoi, le nombre de nouveaux cas recensés pourrait bien repartir à la hausse.

L’allégement des restrictions dans ces communautés devrait s’accompagner d’une reprise de l’enseignement en classe à compter du 25 octobre, espère la médecin hygiéniste en chef.

Un passeport facultatif s’appuyant sur une preuve territoriale

Si le gouvernement territorial promet d’aider les entreprises à survivre aux restrictions sanitaires imposées à cause de la COVID-19, il refuse cependant de rendre le recours au passeport vaccinal obligatoire.

Nous voulons donner le choix aux entreprises, explique la première ministre, Caroline Cochrane. Le but est avant tout de minimiser le risque, ajoute la Dre Kandola.

Nous croyons qu’offrir un choix permet une meilleure mise en application et donne une plus grande liberté à ceux qui préfèrent se rassembler en petit groupe.

Une citation de :Kami Kandola, médecin hygiéniste en chef des Territoires du Nord-Ouest

La preuve vaccinale à code QR que les Ténois peuvent se procurer depuis mardi est le fer de lance du système de passeport vaccinal.

Selon la ministre territoriale de la Santé, Julie Green, elle a déjà été téléchargée par plus de 5000 personnes.

La ministre rappelle cependant que le code QR qui l’accompagne ne sera vraisemblablement pas lisible par les applications pour téléphones intelligents des autres provinces et territoires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !