•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pompiers et des ambulanciers albertains dénoncent la vaccination obligatoire

Une ambulance devant l'Hôpital Foothills, à Calgary.

Les pompiers et les ambulanciers veulent, entre autres, avoir le choix de se soumettre à des tests de dépistage réguliers plutôt que de se faire vacciner.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Geoffrey Gaye

Un groupe de pompiers et d'ambulanciers de l'Alberta dénonce l'inconstitutionnalité de la vaccination obligatoire, imposée par le gouvernement de Jason Kenney. En leur nom, leur avocat fait six demandes dans une lettre envoyée à la présidente-directrice générale de Services de santé Alberta (AHS), Verna Yiu.

Le 31 août dernier, AHS a imposé la vaccination contre la COVID-19 à tous ses travailleurs de la santé, y compris les pompiers et les ambulanciers qui travaillent à l'extérieur d'Edmonton et de Calgary. Ceux-ci devront être doublement vaccinés le 31 octobre, sans quoi, ils seront placés en congé sans solde.

Les pompiers d'Edmonton et de Calgary sont des employés municipaux et ne sont pas soumis à la mesure provinciale. Ils peuvent choisir de se faire vacciner ou de se soumettre à des tests de dépistage réguliers.

Les 6 demandes du groupe

Dans la lettre datée du 13 octobre, l'avocat Derek From dit représenter un groupe qui comprend des pompiers, des paramédicaux, des premiers répondants, des employés administratifs, des répartiteurs et d'autres employés qui sont menacés d'être placés en congé sans solde ou de perte d'emploi en raison de la vaccination obligatoire imposée par AHS. Il ne fait toutefois pas état du nombre de personnes qui composent ce groupe.

Les demandes du groupe à AHS :

  1. permettre les tests de dépistage rapide
  2. reconnaître l’immunité naturelle
  3. reconnaître les exemptions permises par la loi albertaine des droits de la personne
  4. reconnaître qu’un congé sans solde est un licenciement implicite
  5. reconnaître que les employés non vaccinés ont droit à une indemnité de départ en cas de licenciement
  6. prévoir l'indemnisation des personnes qui pourraient avoir des séquelles à la suite de la vaccination obligatoire

Le porte-parole du groupe, Tim Moen, ambulancier dans la région d'Edmonton, a été chef du Parti libertarien du Canada de 2014 à 2021.

Nous ne demandons pas d’être exemptés de toutes les mesures dues à la pandémie ou à la santé publique, nous voulons simplement être autorisés à choisir, de façon éclairée, la façon la plus efficace de nous y soumettre tout en protégeant la santé de nos membres, avance Tim Moen.

Tim Moen face à son ordinateur.

Tim Moen se dit vacciné et provaccin. Il dénonce pourtant l'obligation de vaccination mise en place par Services de Santé Alberta.

Photo : Capture d'écran / Geoffrey Gaye

Celui qui est également créateur du site militant Fight4frontline se dit vacciné et provaccin. Je m’engage dans ce combat, car je vois beaucoup de mes collègues faire face à des licenciements et être traités comme si leur expérience ne valait rien, affirme-t-il.

À la recherche d'une solution collaborative

Derek From, avocat des pompiers et des ambulanciers provinciaux et auteur de la lettre envoyée à Services de Santé Alberta, s'appuie sur la Charte canadienne des droits de la personne pour expliquer l'inconstitutionnalité de l'obligation vaccinale.

Ce que nous voulons, c’est qu’on vienne vers nous pour dire que nous avons raison et qu’on nous invite à travailler en collaboration pour que chaque partie obtienne ce qu’elle désire. C’est tout à fait possible, dit Derek From.

Pour sa part, le porte-parole de ses clients, Tim Moen, affirme qu'ils sont prêts à se rendre devant la Cour au besoin.

Tout est important dans un cas comme celui-ci. Ce serait difficile, mais pas impossible d’établir que la Charte des droits a été violée par le mandat auquel font face les pompiers et les autres en Alberta, dit Derek From.

Dans un courriel, Services de Santé Alberta dit être en contact avec le groupe afin d'en déterminer la composition exacte et d'entamer des discussions avec lui. L'agence de santé publique rappelle que tous leurs prestataires sont tenus aux mêmes règles et que la vaccination obligatoire est un outil important pour assurer la sécurité des employés et des patients.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !