•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étude caviardée de la STQ sur les traverses de l’Est-du-Québec fait réagir des élus

Le CNM Évolution à Rimouski.

Le CNM Évolution relie normalement Rimouski à Forestville, mais le service de traversées n'était pas offert cet été. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada

Les réactions sont nombreuses à la suite du dévoilement des résultats de l'étude de marché sur les services de traversiers privés de l'Est-du-Québec. Les conclusions du rapport ont été caviardées, ce qui laisse les élus des deux rives du fleuve Saint-Laurent entre incompréhension et agacement.

La plupart des élus concernés par le dossier des deux traverses (Trois-Pistoles–Les Escoumins et Rimouski-Forestville) affirment être tombés en bas de leur chaise quand ils ont pris connaissance des conclusions, ou plutôt de l'absence de conclusions, du rapport.

Ils devront donc attendre pour connaître la position de Québec sur l'avenir de ces services.

Note de la rédaction :

À la suite de la publication de ce texte, le secrétaire de la Compagnie de navigation des Basques (CNB), Jean-Marie Dugas (qui est également maire de Notre-Dame-des-Neiges), a précisé que certaines données caviardées dans le rapport de la STQ l’ont été à la demande de la CNB pour éviter de révéler certains détails de ses activités à ses concurrents.

Jean-Marie Dugas affirme que le conseil d’administration de la CNB a reçu une copie non caviardée de l’étude. Des élus des Escoumins, de Trois-Pistoles, de Notre-Dame-des-Neiges et d'Essipit y ont donc eu accès.

Capture d'écran d'un rapport caviardé dont la seule phrase lisible indique : Calcul des impacts économiques et environnementaux.

Il est impossible de connaître les impacts environnementaux du retrait d'un ou l'autre des traversiers étudiés par la STQ puisque les résultats sont caviardés dans l'étude.

Photo : Capture d'écran de l'étude de marché de la STQ

Le maire sortant de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux, demande à son successeur de traiter le dossier de la traverse Trois-Pistoles–Les Escoumins en priorité et de solliciter dès que possible un rendez-vous avec le ministre des Transports.

Là, vous amenez de la méfiance de la part de la population, de l'inquiétude. Je ne comprends pas le geste posé derrière ça, soutient-il.

« Normalement, les choses devraient être dites clairement. [...] Est-ce que c'est Rimouski qui doit continuer à vivre ou Trois-Pistoles ? On est dans le néant. »

— Une citation de  Jean-Pierre Rioux, maire sortant de Trois-Pistoles

Un certain agacement se fait aussi sentir du côté du député de René-Lévesque, Martin Ouellet. Il se dit déçu de n'avoir aucune réponse à apporter aux citoyens sur le maintien ou non des services de traverses.

Pour moi, il y aura une décision politique qui devra être prise. Est-ce que le gouvernement se donne tous les moyens en ne rendant pas disponibles ces informations-là pour prendre la meilleure décision en fonction des informations que lui détient? Je le questionne de façon très transparente. Nous, on veut la meilleure décision possible, soutient-il.

Le bateau navigue par une belle journée ensoleillée et l'on peut apercevoir des passagers sur le pont.

L'Héritage I relie Trois-Pistoles aux Escoumins. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Shanelle Guérin

La mairesse de Forestville, Micheline Anctil, a eu une lecture différente du rapport. Elle estime que cette étude dresse un portrait de la traverse Rimouski–Forestville et qu'elle révèle l'importance du service.

Pour moi, c'est une première étape qui est davantage descriptive, mais nécessaire pour donner les orientations, parler des besoins des utilisateurs. [...] On reste sur notre appétit à ce niveau-là, mais c'est la prochaine étape, avance Mme Anctil.

Quant au député de Rimouski, Harold LeBel, il dénonce un manque de transparence et de respect de la part de la Société des traversiers du Québec (STQ). Il souhaite surtout que le travail pour garder la traverse Rimouski–Forestville puisse continuer.

« L'idée ce n'est pas d'avoir les infos, c'est de s'assurer que tout le monde est autour de la table pour travailler au maintien du service.  »

— Une citation de  Harold LeBel, député de Rimouski

Ces élus sont unanimes et demandent des explications au ministère des Transports sur la suite qui sera donnée à la publication de ce rapport.

La traverse qui relie Trois-Pistoles aux Escoumins appartient à la Compagnie de navigation des Basques, alors que la traverse qui relie Rimouski à Forestville est détenue par l'homme d'affaires Hilaire Journeault.

D'après les informations de Fabienne Tercaefs

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !