•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le COlab, réalisé au coût de 6,5 M$, inauguré au Collège d’Alma

Le nouvel édifice est ultra moderne.

Le COlab est situé à côté du Collège d'Alma.

Photo : Laurie Gobeil

Radio-Canada

Croire que le numérique peut faire une différence, c'est ce qui a poussé le Collège d'Alma à initier le COlab, innovation et culture numérique. Après quatre ans de démarches diverses, cette infrastructure de 6,5 millions de dollars, unique au Québec, a été inaugurée jeudi matin à Alma.

Grâce à cette organisation, le Collège d’Alma souhaite offrir à la collectivité des outils pour mieux effectuer le virage numérique.

À l’intérieur du bâtiment ultramoderne se trouvent trois principales salles. La première, la salle de cocréation, pourra accueillir des groupes d’entrepreneurs, gestionnaires ou autres afin d’échanger sur des enjeux qu’ils vivent. Avec ses 18 écrans, ses deux projecteurs, ses haut-parleurs intégrés et son mur de projection, la salle a été conçue pour favoriser le travail collaboratif et la créativité.

On place plusieurs joueurs ensemble, qui ne se seraient peut-être pas nécessairement assis ensemble. Ça amène une cohésion dans nos écosystèmes d’éducation ou de l’économie, indique la directrice du Collège d’Alma, Josée Ouellet.

Une dame se trouve devant une table.

Le laboratoire de fabrication numérique (Fab Lab) est destiné à concevoir des petits objets

Photo : Laurie Gobeil

La deuxième salle, le Fab Lab ou communément appelé laboratoire de fabrication numérique, est destiné à concevoir des petits objets en plastique ou en bois.

L’objectif d’un Fab Lab est de pouvoir fabriquer à peu près n’importe quoi. Une entreprise par exemple pourrait venir dessiner puis concevoir un prototype, explique la directrice stratégie, expérience et technologie, Aurélie Pinceloup.

Située au deuxième étage, la troisième salle sera la deuxième de ce type au Canada. Le studio immersif permettra lorsqu’il sera complété en janvier prochain, une captation en trois dimensions. Près de 80 caméras pourront filmer simultanément un objet ou une personne à des fins, par exemple, pédagogiques.

Nous avons le département de soins infirmiers ou de pharmacie de l'autre côté. Ils doivent reproduire des gestes très fins. Pourquoi on ne pourrait pas faire une captation 3D et là on voit exactement comment on se place. C’est ce genre d’éléments que l’on veut expérimenter et voir s’il y a des impacts positifs dans l’apprentissage, de soutenir Aurélie Pinceloup.

Une dame effectue une visite guidée du studio immersif.

Le studio immersif permettra une captation en trois dimensions.

Photo : Laurie Gobeil

15 emplois

Réalisé grâce au soutien du gouvernement provincial, du Collège d’Alma, de Desjardins, de Rio Tinto, de la Ville d’Alma et de la MRC Lac-Saint-Jean Est, le COlab, une organisation sans but lucratif, emploie actuellement 15 personnes.

La mission du COlab s'inscrivait parfaitement dans celle du Collège d'Alma. C’était dans son plan stratégique de se rapprocher de son milieu, d’amener des expertises de demain, sans oublier que tout est créé sur des compétences, du développement dans une volonté d’apprendre autrement, dans la recherche, le partage et l’action, souligne Josée Ouellet.

Trois principaux volets sont visés : les entreprises, les organisations et les parcours éducatifs. Dans les trois cas, le processus est le même, soit d'identifier les problématiques et les besoins à combler, identifier et démystifier les technologies pouvant les solutionner avant d’offrir des formations nécessaires pour les utiliser.

Ça a été démontré. On a beaucoup poussé les budgets de technologies dans les entreprises alors qu’elles n'étaient pas nécessairement prêtes à les accueillir, à voir comment ça vient changer leur modèle d’affaires, leur relation avec leurs clients et le milieu. On veut mieux les accompagner et aussi travailler l’écosystème autour de l’entreprise, mentionne Josée Ouellet.

Une grande salle vitrée est offerte aux utilisateurs du COlab.

Les espaces du COlab sont lumineux et modernes

Photo : Laurie Gobeil

Le COlab compte devenir un pôle d'informations sur les dernières technologies.

Ce qui est vrai aujourd'hui ne le sera pas nécessairement demain. Nous, on va rester en contact avec les autres centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) et suivre toutes les nouvelles découvertes, enchaîne-t-elle, en ajoutant que des échanges de connaissances pourraient aussi  être effectuées avec des institutions d’enseignement supérieur comme l'école de gestion HEC Montréal.

Le COlab souhaite aussi, par l'entremise de son site Internet, partager toutes les découvertes qui seront effectuées au cours des prochains mois et les succès obtenus.

Des capsules ont été montées pour soutenir le milieu. On va créer aussi des collectifs d’innovation. Si un groupe est intéressé à aller plus loin dans l’intelligence artificielle, on va faire venir des experts ou des exemples d’entreprises d’intelligence artificielle que l’on va démystifier, ajoute Josée Ouellet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !